Insertion sociale des détenus : Le ministre de la Justice pour la création d’ateliers extérieurs

 Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux,  Abderrachid Tabi, a souligné, ce jeudi, la nécessité de créer des ateliers extérieurs à proximité des établissements pénitentiaires pour favoriser  l’insertion sociale des détenus.

Lors de l’inspection du projet de réalisation d’un établissement de prévention dans la commune de N’sigha, le ministre a donné des instructions  pour prévoir un espace extérieur à proximité de l’établissement pénitentiaire sous forme de centre agricole à utilité publique pour l’emploi de détenus.

Sur le chantier de réalisation d’une Cour de justice, au centre-ville de Khenchela, le ministre a insisté sur l’accélération de la cadence des travaux dans le respect des normes de qualité dans l’exécution de ce projet, inscrit en 2007 pour une enveloppe financière de 3 milliards DA. Dans une allocution prononcée lors de l’inauguration d’un nouveau tribunal au nouveau pôle urbain sur la route El Izar, M. Tabi a relevé que cette structure est raccordée à des réseaux de haute technologie de sorte à améliorer les conditions de travail du personnel du secteur de la justice et l’accueil des citoyens, en plus de développer la qualité des  prestations.

Le tribunal de Khenchela, inauguré aujourd’hui, tient compte, a ajouté le ministre, de l’aspect fonctionnel qui est celui de fournir des prestations dans les meilleures conditions y compris pour les personnes à besoins spécifiques à travers la création des accès nécessaires. Après avoir suivi un exposé technique sur le bilan 2020/2021 présenté par le président du tribunal de Khenchela, Nabil Messikh, le ministre de la Justice a souligné que la procédure de comparution immédiate n’a pas  atteint les objectifs souhaités, affirmant que la plupart des magistrats n’ont pas appliqué convenablement cette procédure qui sera maintenue en 2022 avant de prendre une décision à propos de son maintien ou son annulation.

Au cours de sa rencontre avec les membres du syndicat des avocats au siège du tribunal de Khenchela, le ministre a ajouté que son ministère œuvre à mettre en place les conditions idoines pour permettre à la défense d’accomplir pleinement ses missions, reconnaissant l’existence d’un manque en magistrats dans la wilaya de Khenchela ainsi qu’un déficit en personnel  administratif.

Le ministre s’est engagé à rattraper cela en 2022 en ouvrant 28 postes budgétaires pour la Cour de Khenchela et les tribunaux qui en dépendent.

150 postes consacrés aux médecins et paramédicaux inoccupés

Le ministre a également relevé sur le chantier de l’établissement de prévention de N’sigha, l’existence d’une faible couverture sanitaire au  sein des établissements de prévention relevant du secteur, attribuant cela à l’abstention des médecins et des paramédicaux à travailler dans ces établissements. Dans ce contexte, il a affirmé que son ministère a recensé 150 postes inoccupés, consacrés aux médecins et paramédicaux à l’échelle nationale. M. Tabi a appelé le wali, Ali Bouzidi, et le procureur général près la Cour de justice de Khenchela, Lenouar Benmhidi, à œuvrer à rattraper ce manque en couverture sanitaire, en coordination avec la direction locale de la santé, en réservant des pavillons au sein des établissements hospitaliers publics pour une meilleure prise en charge des détenus.