Installation du Conseil supérieur de la jeunesse Le président Tebboune : «Nous ne ménagerons aucun effort pour réaliser les aspirations du peuple»

Chose dite, chose faite. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a procédé, lundi , à l’installation officielle du Conseil supérieur de la jeunesse, au Palais des nations, à Alger, en présence de plusieurs membres du gouvernement, des présidents des deux chambres parlementaires et du chef d’état-major de l’Armée nationale populaire.

Face aux 348 membres du Conseil supérieur de la jeunesse, le chef de l’Etat a souligné que cet événement revêt une importance capitale marquant, dit-il, «la dernière étape dans le processus de reconstruction des institutions de l’Etat, conformément à nos engagements». Un processus qui a été entamé, rappelle le Président, par la révision de la Constitution, des élections législatives et locales crédibles et propres, le renouvellement des membres de la Cour constitutionnelle et de l’Observatoire national de la société civile… Il s’agit, assure le chef de l’Etat, d’un changement fondamental dans la pyramide des institutions constitutionnelles. Tout en exprimant sa satisfaction du déroulement de l’opération d’élection des membres de ce Conseil au niveau des communes et wilayas, le Premier magistrat du pays a mis l’accent sur l’impératif d’édifier une Algérie selon une nouvelle vision basée sur des institutions fortes. «Nous étions obligés d’entamer des réformes radicales et de provoquer la rupture avec toutes les pratiques du passé, toutes rejetées par les citoyens.» Dans ce cadre, le président Tebboune souligne sa détermination à rétablir la confiance et à poursuivre l’édification du pays sur des bases solides, en insistant qu’«il n’y a pas de place pour la corruption» et que la loi sera appliquée avec rigueur, notamment pour contrecarrer tous ceux qui dilapident l’argent public.
Rappelant la situation qui prévalait, il y a deux ans, et qui avait imposé «une révision radicale des moyens de performance et une rupture avec les pratiques à l’origine de l’aversion des citoyens pour tout ce qui symbolise l’Etat», le président de la République a affirmé qu’« aujourd’hui, alors que nous avançons avec détermination et certitude pour édifier l’Algérie nouvelle forte de ses enfants, nous ne ménagerons aucun effort pour lutter contre ces mentalités et réaliser les aspirations du peuple algérien à une Algérie où la transparence prévaudra et où l’argent sale n’aura point de place».

Une force de proposition
L’installation du Conseil supérieur de la jeunesse constitue, précise le chef de l’Etat, «une force de proposition et une source de décision pour les questions en relation avec les jeunes». Mais aussi, poursuit-il, «une étape décisive qui dénote l’engagement des jeunes dans cette dynamique socioéconomique». Et pas que. Les jeunes devront aussi, selon lui, s’intéresser à la politique pour participer pleinement dans la prise de décision. «Nous devons ouvrir toutes les portes et donner des opportunités en apportant des mesures incitatives aux jeunes pour s’investir dans la politique, dans le monde de l’entrepreneuriat et des affaires, en valorisant les compétences», a lancé le chef de l’Etat, soulignant que les membres dudit Conseil émanent des assemblées communales et de wilaya, donc plus proches de la réalité des jeunes dans les régions qu’ils représentent. Ces jeunes élus seront accompagnés par d’autres désignés : des représentants des ministères, de la société civile et du mouvement associatif. «C’est un nouveau souffle», a indiqué le Président, ajoutant que ce Conseil est un espace de dialogue et d’échange d’idées et d’opinions des membres, chacun dans son poste de responsabilité et en respect du règlement intérieur qui leur «permettra d’approfondir les débats et de trouver les mécanismes les plus adéquats pour répondre aux aspirations des jeunes et pour la contribution à la promotion des valeurs nationales, la solidarité nationale et encourager l’esprit de citoyenneté».

Contrecarrer les manœuvres visant l’Algérie
Le Conseil supérieur de la jeunesse est appelé, a précisé Tebboune, à la conception, au suivi et à l’évaluation des plans nationaux des jeunes et des politiques publiques y afférentes. Les jeunes devront s’inscrire dans cette optique de glorification de notre histoire nationale et de poursuivre le combat de nos martyrs. La conjugaison des efforts devra être de mise et renforcée pour barrer la route à tous ceux qui veulent nuire au pays. «Nous sommes dans un contexte qui appelle des efforts concertés de toutes les parties pour renforcer la cohésion nationale et le front intérieur face aux défis régionaux difficiles et aux enjeux complexes. Nous comptons sur notre jeunesse pour aller vers la gloire. L’Algérie s’apprête à célébrer le soixantième anniversaire de l’Indépendance, forte par sa jeunesse ambitieuse. Vous êtes les précurseurs de la construction, de la croissance et de la fidélité», a conclu le président Tebboune.
 Wassila Ould Hamouda