Jeux méditerranéens à Oran : La nécessaire réorganisation des transports

La réorganisation et l’amélioration du transport public sont à l’ordre du jour à Oran. Un grand programme en vue de réaliser cet objectif est mis en branle à Oran qui abritera l’été prochain les Jeux méditerranéens.

Dans trois mois, nous dira-t-on à la direction des transports, ce secteur connaîtra une réelle éclaircie pour être au rendez-vous des attentes des citoyens et des visiteurs de la capitale de l’Ouest. Dans cette optique, une batterie de dispositions sera prise pour résoudre ce problème, notamment par la réhabilitation du parc du transport en commun de la wilaya. A cet effet, 710 bus sont concernés par cette opération d’envergure qui verra des réparations de certains véhicules et des retraits de licences pour d’autres pour non-conformité avec les nouvelles normes et dispositions arrêtées par les responsables du secteur. A la direction des transports, on insiste sur la nécessité de prendre en charge rapidement les bus en panne, afin de les remettre en marche pour renforcer le parc existant : «Certains bus souffrent de petites pannes qu’il s’agira de réparer afin de les mettre en service dans les meilleurs délais.»
Pour sa part, le wali d’Oran estime que «la réussite des Jeux méditerranéens dépend, en partie, de la disponibilité des moyens de transport», annonçant, sur sa lancée, qu’Oran devra être prête pour accueillir dans les meilleures conditions possibles ses hôtes. De son côté, le directeur des transports assure que le projet en question est d’importance, puisqu’il s’agira d’assurer aux usagers une prestation de qualité, ajoutant qu’il urge de remettre à niveau l’entreprise publique ETO et de renforcer ses moyens ainsi que les lignes urbaines et suburbaines : «C’est seulement de cette manière qu’on obligera les transporteurs privés à se professionnaliser en suivant l’exemple d’ETO qui reste la référence en matière de prestations de transport, car l’ETO est la locomotive du transport en commun.»
Aussi, mettra-t-il en exergue l’importance de préserver cette entreprise publique en consolidant la fréquence et les lignes. En raison de l’importance cruciale de ce dossier, un plan d’envergure devrait être lancé et tous les opérateurs, publics ou privés, sont invités à y adhérer. Il convient de rappeler que l’entreprise ETO assure actuellement la couverture d’une dizaine de lignes seulement, car elle dispose d’un maigre parc de 50 bus. Elle ne couvrirait, alors, que 5% de l’ensemble du réseau de transport de l’aire urbaine d’Oran, alors que le reste est pris en charge par les transporteurs privés qui ne respectent aucune norme de sécurité ou d’assiduité…
A. Abbas