JM-2022 : Un tournoi de « pitchak » pour promouvoir l’événement

 Un tournoi de « pitchak », un ancien jeu  traditionnel d’origine algérienne, a été organisé à Oran dans le cadre des activités de promotion de la 19ème édition des Jeux Méditerranéens (JM), prévue l’été prochain dans la capitale de la Ouest du pays.

Cet événement, organisé par le club sportif amateur (CSA) « Taureau d’Oran » en coordination avec l’association culturelle « Taj al-Malik », a eu lieu dans la soirée de mercredi au niveau du quartier populaire « Mimosa ». Le président de CSA « Taureau d’Oran », Sofiane Taleb, a souligné que l’idée  de relancer ce sport traditionnel a reçu le soutien du Comité d’organisation des JM, dont des représentants ont honoré de leur présence  le tournoi, qui a attiré une grande foule parmi les citoyens de différents âges venu découvrir une discipline sportive mise à l’oubliette alors  qu’elle est typiquement algérienne.
La disparition du  » pitchak  » de la scène sportive nationale, comme d’autres jeux populaires, est due à l’émergence d’autres pratiques ludiques modernes qui ont pris le dessus, selon des études menées dans ce domaine.
Le  » pitchak  » qui fait parti des jeux de mouvement traditionnels sont un phénomène culturel qui constitue les caractéristiques originales de toute société. Ils reflètent également son patrimoine culturel, a-t-on expliqué. Il s’agit d’un jeu traditionnel qui se pratiquait dans les années 1950 en Algérie. Des traces de ce jeu ont été trouvées dans de nombreux pays notamment dans le pourtour méditerranéen. Plus tard, dans les années 1960 et 1970, il s’est implanté dans le Sud de la France.
Le « Pitchak » est un jeu de recyclage qui est fabriqué à partir de vieilles chambres à air de vélo qui sont découpées en fines rondelles et assemblées avec une ficelle pour former une balle de caoutchouc. Ce jeu peut se jouer  seul en tentant d’effectuer un maximum de jongles avec les pieds, les genoux, la tête et la poitrine. Il peut aussi se jouer à deux ou à quatre joueurs sous forme de jeu d’opposition. Le terrain est délimité par des cercles de 1 mètre à 1,50 m de diamètre séparés de 1,50 m.
Le service s’effectue en deux temps, soit deux frappes du pied, soit une frappe du genou suivie d’une frappe du pied. Pour marquer un point, il suffit de faire tomber le pitchak dans le terrain de l’adversaire. Chaque manche se déroule en onze points, il faut deux points d’avance pour gagner la manche.
Le match peut se dérouler en deux ou trois manches gagnantes. Les matchs en double s’effectuent sur deux terrains de simple réunis. Le jeu se veut être un jeu non-violent praticable par tous et partout. Il a été également défini comme un jeu solidaire dont les événements, la diffusion et toutes les rencontres auront un caractère de solidarité en direction des causes humanitaires