JM  Oran 2022 : Les sports collectifs pour ouvrir le bal

C’est désormais une nouvelle phase qui a été entamée dimanche dernier par le Comité d’organisation des Jeux méditerranéens Oran 2022, avec la tenue de la cérémonie de tirage au sort des cinq disciplines sportives collectives devant se dérouler à l’occasion de cette 19e édition du rendez-vous méditerranéen.

«Après la phase des préparatifs ayant trait à livraison de l’ensemble des infrastructures sportives devant abriter ces joutes, c’est, en effet, celle des Jeux proprement dit qui est entamée, ce soir, avec l’organisation de cette cérémonie de tirage au sort», a indiqué le wali d’Oran, Saïd Saâyoud, dans son allocution.
Les disciplines concernées par ce tirage au sort sont le basketball 3×3 (hommes et dames), une nouvelle discipline intégrée aux Jeux depuis 2018, le waterpolo (hommes), le volley-ball (hommes et dames), le football (hommes) et le handball (hommes et dames). La cérémonie, qui a eu comme cadre le somptueux hôtel Le Meridien, située sur la frange marine, s’est déroulée en présence de plusieurs figures du sport algérien de renommée internationale, à l’instar de la légende du football Lakhdar Belloumi ou de la judoka, Salima Souakri.
La cérémonie a également été marquée par la présence du ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, des walis d’Oran, de Mascara, d’Aïn Témouchent, de Mostaganem et de Tlemcen. Dans son discours d’ouverture, la commissaire des Jeux, Mohamed Aziz Derouaz, a tout d’abord tenu à souligner la forte participation attendue pour cette 19e édition d’Oran, avec la présence de délégations de 26 pays représentés par pas moins de 5.156 personnes, dont 3.443 athlètes devant concourir dans 24 disciplines. Il s’agit, a-t-il dit, de «l’une des plus fortes participations dans l’histoire de ces Jeux», dont la première édition remonte à 1951 à Alexandrie, en Egypte.
Le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, a, pour sa part, mis l’accent sur la détermination des autorités algériennes à faire de cette 19e édition la meilleure de son histoire, marquant ainsi le retour en force de l’Algérie sur la scène internationale, 47 ans après qu’elle ait eu à organiser avec brio la 7e édition d’Alger tenue en 1975. C’est ce qui explique la forte couverture médiatique attendue pour cette 19e édition d’Oran par la presse nationale et internationale, aussi bien écrite, que radiophonique, télévisuelle ou électronique. Une couverture médiatique qui s’illustre d’ores et déjà par la retransmission en direct de cette cérémonie de tirage au sort, une première dans l’histoire des Jeux, par la télévision publique nationale et plusieurs autres chaînes du monde arabe et du Bassin méditerranéen.
Dans son intervention devant l’assistance, le président de la commission technique du Comité international des JM, le Tunisien Mohamed Zeribi, n’a pas manqué de rendre hommage aux autorités algériennes et aux membres du COJM, saluant «le grand travail réalisé pour assurer un franc succès à cette édition». Désormais, a-t-il dit, «Oran est entrée dans le vif du sujet de la manifestation sportive après la clôture, le week-end passé, des inscriptions finales des participants aux JM».
Yahia Benaïssa