JSK: Les Canaris renouent avec la LDC

C’est au forceps, pour paraphraser le coach Ammar Souayah, que la JS Kabylie a renoué avec la Ligue des champions d’Afrique (LDC). En effet, après avoir compromis quelque peu ses chances de se rejoindre la cour des grands continentaux à la suite de sa défaite inattendue concédée at home face au CS Constantine, les camarades de Souyad sont allés chercher dans un match quelconque le point qui leur suffisait face à une équipe du PAC, totalement remaniée. Un point qui leur a permis de conserver cette seconde place qui leur ouvre désormais le droit à la plus prestigieuse compétition interclubs continentale. Une place qui aurait pu être une première si dans leur tanière, les lions du Djurdjura n’avaient pas laissé 19 de leurs crocs. D’ailleurs, les saisons se suivent et se ressemblent pour les Kabyles qui perdent beaucoup de points chez eux, comme ce fut le cas la saison dernière où ils ont perdu 24 points à domicile. C’est dire qu’avec une meilleure maîtrise de soi dans la maison, ils auraient même pu décrocher le titre au cours de ces années de gaspillage. En fait, le plus important pour les Canaris est de renouer avec le continent où ils doivent toujours être présents s’ils veulent prétendre un jour au sacre suprême. Un objectif pour l’heure jamais atteint dans la formule actuelle de compétition. Mais au vu des turbulences vécues cette saison avec le changement de direction, de staff et même de joueurs, le bilan de la saison est pour ainsi dire positif même si l’objectif de jouer le titre n’a pas été atteint. Même si la seconde place n’a pas été arrachée, ils auraient pu rejouer la coupe de la CAF qui semble être leur compétition de prédilection. Si au plan national, la direction peut tirer des satisfactions, il n’en est pas de même pour la compétition continentale où la JSK a été sortie, pour ne pas dire humiliée, par les Léopards d’Eswatini, une équipe inconnue jusque-là au bataillon, en phase éliminatoire, où ils avaient sorti les prestigieuses Forces armées royales (FAR) du Maroc. Pour revenir à ce retour en Ligue des champions, trois années après l’avoir quitté en phase de poules, malgré un remarquable parcours en phase éliminatoire pour être tombée sur de grosses cylindrées (ES Tunis, Raja Casablanca et Vita Club), la JSK se doit de mettre les bouchées doubles si elle veut aller plus loin dans cette compétition lorsque l’on sait que ce sont les meilleures formations, habituées qu’elles le sont à ces joutes, qu’elle aura à croiser sur son chemin. Il reste qu’elle ne dispose pas des mêmes moyens que ses futurs adversaires qui sont mieux nantis au plan financier. Un plan qui reste le maillon faible de cette formation kabyle qui ne cesse de crier famine. Et ce n’est pas les apports, qui restent en deçà des besoins, de quelques sponsors qui lui permettront de faire face aux futures dépenses, lorsque l’on sait que la LDC est une compétition budgétivore. Par ailleurs, au vu de ce qui se dit çà et là, et en attendant la conférence de presse du président Iarichène prévue cet après-midi à 14 h dans un hôtel de la banlieue Est de la ville, beaucoup de spéculations alimentent la place publique et les réseaux sociaux quant au devenir des uns et des autres. Les rumeurs les plus folles circulent quant à la démission du même président, du départ du coach ainsi que de nombreux joueurs au vu de la situation financière du club. En attendant, les Kabyles savourent cette seconde place, qui leur fait beaucoup de bien, et, surtout, qui leur permet d’être dans un giron qu’ils ne doivent jamais quitter.

 Rachid Hammoutène