Karim Hasni, Ressources en eau Mise en service de la station de Béni Ounif

L’approvisionnement en eau potable devrait remarquablement s’améliorer dans la capitale de la Saoura, d’ici à la fin du mois de juin, avec l’entrée en service du projet de pompage de 30.000 m3 d’eau potable depuis la nappe de Béni Ounif. C’est la nouvelle qui a été annoncée, jeudi dernier, au Conseil de la nation par le ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique lors de la plénière consacrée aux questions orales. L’absence d’une étude sur la qualité et la quantité d’eau dans cette région serait, par ailleurs, «à l’origine de la non-exploitation de la station de déminéralisation d’Abadla par l’Algérienne des Eaux», a expliqué Karim Hasni. «Une étude sera bientôt lancée pour accélérer sa mise en service», ajoute-t-il. Le ministre n’a, cependant, pas exclu «la possibilité de transférer la station vers une autre wilaya, si la région d’Abadla ne répond pas aux critères, dont la disponibilité des eaux en quantité suffisante et à un taux de salinité acceptable». Le problème de la pollution du canal d’Oued Righ (El Meghaïer) pourrait bientôt être également résolu, selon le ministre. Hasni a, dans ce cadre, annoncé outre la réalisation de 8 stations d’épuration des eaux, de 8 stations de pompage d’eau, la réhabilitation de 22 stations d’eau et la réalisation et l’extension de 111 km de canalisations d’épuration. Selon le ministre, une enveloppe financière de plus de 18 milliards de DA a été réservée à ces projets qui pourront, a-t-il indiqué, «être inscrits dans la loi de finances 2023». En attendant, le secteur a confié les travaux de maintenance et de suivi du canal d’Oued Righ à l’Office national d’irrigation et de drainage (Onid) qui a créé, en 2013, une unité spéciale qui a procédé à l’extraction de plus de 800.000 m3 de vase le long du canal, le raccordement de 175 canalisations secondaires au canal principal, la maintenance périodique des installations du canal et l’acquisition d’équipements et de moyens matériels pour la maintenance et l’aménagement du canal. Le ministre a souligné que toutes ces opérations «ont été financées par le Fonds national de l’eau pour un montant excédant 858 millions de DA». Il a cité, enfin, une autre opération enregistrée en septembre 2021 de 100 millions de DA pour la maintenance du canal et de ses tranchées.
A. B.