Karisens, entreprise dans les cosmétiques : Concurrencer les marques internationales

Karisens, entreprise versée dans les produits de beauté et cosmétiques, est très ambitieuse. Très sûre de ses capacités, de la qualité de ses produits, elle se fixe comme objectifs de concurrencer les marques internationales les plus connues sur le marché local et mondial.

«Notre gamme peut l’emporter sur l’Oréal et largement», affirme avec assurance Mounir Chihani, directeur marketing de l’entreprise Karisens, spécialisée dans les produits cosmétiques et soins capillaires. Car le point de force de cette marque, soutient-il, est l’utilisation de matières premières naturelles et sans produits chimiques. «Quand notre entreprise a été créée en 2018, c’était pour répondre aux besoins du marché en produits de beauté, soins et cosmétiques qui n’existaient pas en Algérie ou qui étaient fabriqués par des marques internationales et dont la plupart, excessivement chers, n’étaient pas à la portée de tous», explique-t-il. Karisens a veillé, cela dit, à mettre sur le marché des «recettes» très spéciales pour entretenir les cheveux, le corps et le visage. Répondre  à un besoin, pour lui, ne signifie pas reproduire les mêmes choses que les autres. Mais innover pour plus d’efficacité. «Le beurre de karité est la matière première que nous avons utilisée en premier. Ses vertus en matière de beauté et de soins sont tellement grandes que nous l’avons utilisé comme référence pour baptiser notre marque. Karisens vient de «karité sensuel»», explique-t-il. Profitant de la batterie de facilités par les pouvoirs publics en faveur des porteurs de projets dans l’entrepreneuriat, les fondateurs de cette entreprise, Mahfoud Nechachebi et Abdelrahmen Djelmami,  ont créé Karisens en un temps record. «Comme l’Etat  a donné un grand pouce aux entreprises productrices, nous avons pu monter la nôtre sans trop de peine bien que nous ayons souffert quand même de la paperasse dont le volume reste impressionnant en dépit des efforts déployés dans la lutte contre la bureaucratie», rapporte-t-il, précisant que Karisens est une entreprise à 100% algérienne spécialisée dans le cosmétique naturel. L’entreprise est divisée en deux départements en matière de production.
Le premier fabrique des produits destinés aux particuliers et le second aux instituts de beauté et de formation professionnelle ainsi qu’aux hôtels et SPA. Pour les particuliers, karisens propose toute une gamme de produits pour le visage et pour le corps, à savoir, des crèmes hydratantes, laits démaquillants et lotions parfumées pour tous types de peau, sensible, sèche, normale, mixte ou grasse. «Notre marque est surtout connue pour sa gamme de soins capillaires qui contient cinq huiles pour nourrir les cheveux et les protéger aussi contre la chaleur des appareils de coiffage. Concernant les hôtels, instituts de beauté et SPA, nous allons leur proposer une variété de gammes à partir de cette année. Des huiles de massage notamment à 100% naturelles de qualité supérieure, riches en vitamines F & E», fait-il savoir.
La bonne personne dans le bon poste
Pour la bonne marche de l’entreprise, cette dernière prône pour la « bonne personne dans le bon poste ». Elle favorise le profile aux qualifications de son personnel. Ce qui lui importe le plus, ce n’est pas ce que ses employés ont fait comme études mais ce qu’ils peuvent apporter à l’entreprise. «Le plus important pour nous, c’est que chaque employé sache ce qu’il a à faire, que le travail s’effectue dans le cadre de la coordination entre toutes les parties et départements. C’est la clé de la réussite de Karisens», souligne-t-il. Pour l’instant, cette marque couvre 38 wilayas sur les 58. Elle compte investir l’ensemble du marché national à travers une nouvelle stratégie en matière de production mais aussi de distribution.
«Comme toute entreprise, nous passons par le cycle de distribution habituel, gros-détaillants. Le problème, c’est que certains grossistes favorisent les produits importés de peur que les nôtres ne se vendent pas. Nous songeons donc à une nouvelle stratégie commerciale pour venir à bout des réticences de ces grossistes et être présents dans les 58 wilayas», explique-t-il.  Présents aussi sur le marché africain à partir de cette année, en Tunisie et en Libye notamment. «Nous sommes sûrs de la qualité de nos produits. Nos capacités nous permettent de concurrencer des marques internationales non seulement en Afrique mais aussi en Europe», conclut-il.
Farida Belkhiri