Le brave soldat Aït-Menguellet

Aït-Menguellet, l’immense artiste, n’est plus à présenter et sa poésie est appréciée par tous les amoureux des belles lettres. Son long et prestigieux parcours est parsemé de gloire, de distinctions, de reconnaissance mais aussi de luttes et de certaines prises de position politiques qui ont généré des controverses. Mais l’homme à la sagesse légendaire a une constance qui désarçonne ceux qui veulent le désavouer.

Oui, il a été le soldat qui a été de toutes les guerres contre l’obscurantisme et  les extrémismes. Ila maintenu son gala à la salle Atlas en 1990 en dépit des risques qu’il encourait avec les islamistes et tout récemment, il a égayé une soirée des Oranais malgré quelques cris des brebis égarées. Et au sortir du récital triomphal à Oran, ville ouverte à tous les goûts, il vantera, au micro de plusieurs chaînes de télévision algérienne, la richesse de l’Algérie dans sa diversité. Lisez bien ses propos tenus à chaud sans aucune préparation. «Je remercie le public oranais et ceux de toute l’Algérie. C’est une chance d’avoir le public d’un grand pays. C’est l’émotion à chaque fois. C’est la diversité qui représente notre richesse. Chaque région a quelque chose à donner d’original et cela est une chance. Au lieu que ce soit une rivalité, c’est une association positive. C’est comme ça qu’on forme un grand pays.»
Lounis Aït-Menguellet évoquera aussi le climat de paix qui règne dans notre pays. L’artiste paraît très fatigué, mais il a assumé et a offert un récital de haute qualité artistique, comme toujours. Sur TV6, le chanteur Hakim Salhi anime une émission de divertissement intitulée «Rythme in live» et a eu samedi dernier, comme invité Hakim Chaoui, devenu célèbre avec sa chanson «zawali ou fhal». Les deux artistes ont parlé de musique et de la culture en général et on même chanté en duo «Yamina», un tube des années raï, repris par la majorité des chabetes et des chebs. Nous avons regretté que Hakim Chaoui ait perdu un peu de son humilité. Bizarre que l’animateur soit resté admiratif au moment où nous nous attendions à ce qu’il recadre son invité.
La veille sur Canal Algérie, l’émission «Ciné thématique» a sorti de ses tiroirs, «un film consacré au grand chanteur chaâbi, Dahmane El Harrachi, avec sa légendaire voix rocailleuse et la moralité de l’ensemble de son riche répertoire. C’est un bon voyage nostalgique sur Alger, ses quartiers et l’inévitable Casbah et sa musique chaâbi. Dahmane El Harrachi est impérial avec sa démarche de sportif quand il longe le front de mer et lorsqu’il appelle ses amis avec sa voix à peine audible.
Abdelkrim Tazaroute