Le Conseil est né en 1996 : Aziz Derouaz fut son premier président

L’idée de créer un Conseil supérieur de la jeunesse n’est pas nouvelle,  puisqu’en 1995 déjà, le président Liamine Zeroual avait mis en place une structure portant le nom de Conseil de la jeunesseet ayant un caractère consultatif.

A la tête de cet organisme, fut installé  Mohamed Aziz Derouaz,  une personnalité sportive qui avait le contact facile avec les jeunes. Avant d’être nommé ministre de la Jeunesse et des Sports en 1997, celui qui avait dirigé notamment l’équipe nationale de handball n’avait pas, d’ailleurs, hésité pendant ses deux années de règne à faire le tour de l’Algérie pour se rapprocher des jeunes , toutes catégories confondues, pour écouter leurs préoccupations, recueillir leurs doléances afin d’essayer de trouver les solutions les mieux appropriées tout en impliquant ces derniers dans tout le processus de résolution de leurs problèmes.
Le Conseil a été par la suite présidé par MouldiAïssaoui, lui aussi issu du monde du sport, jusqu’en 1999, date de sa dissolution. Quelques années plus tard, soit en 2014, plusieurs organisations estudiantines ont plaidé la création d’un nouveau conseil supérieur de la jeunesse. Deux ans plus tard, le président Abdelaziz Bouteflika annonça, à l’occasion du 54e anniversaire de l’indépendance et de la fête de la jeunesse, la création d’un conseil supérieur de la jeunesse. Ce Conseil devait être, selon l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, HadiOuld-Ali, «un espace de dialogue et une force de proposition qui renforcera la participation des jeunes dans différents domaines de développement». Le premier responsable du secteur de l’époque avait estimé que «les réalisations accomplies en Algérie et dans l’ensemble du continent africain au profit des jeunes confortera la cohésion et la force de cette catégorie et renforcera ses compétences». Ce Conseil avait pour mission de promouvoir la jeune élite qui aura à y siéger pour contribuer à l’essor du pays, puisque ce CSJ a été installé après la tenue des élections législatives. Accompagner les jeunes et libérer les initiatives pour qu’ils puissent jouer un rôle important sur la scène sociale, politique, économique est l’objectif du nouveau Conseil, prévu par la Constitution. C’est un organe appelé à formuler des propositions sur toute question relative aux besoins de la jeunesse et à son épanouissement dans les domaines économique, social, culturel et sportif.
 Assia Boucetta