Le DG de l’administration pénitentiaire : «La scolarisation des détenus ouvre des perspectives d’insertion sociale»  

L’enseignement dispensé aux détenus «leur  offre de meilleures perspectives à l’insertion socioprofessionnelle», a affirmé, dimanche , à El-Ménéa le directeur général de l’administration  pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR), Saïd Zereb. «L’enseignement aux personnes incarcérées leur offre de meilleures chances d’insertion socioprofessionnelle, car le perfectionnement de leur niveau scolaire occupe une place de choix au plan des établissements pénitentiaires pour l’amélioration et la réhabilitation du niveau des détenus après leur mise en liberté», a souligné Zereb dans un point de presse animé en marge de la cérémonie du coup d’envoi, depuis l’établissement de rééducation et de réinsertion d’El-Ménéa, des épreuves du baccalauréat, session juin 2022, pour les détenus. Le DGAPR a soutenu que les établissements pénitentiaires modernes, réalisés par l’Algérie, «contribuent de manière efficace à inciter et encourager la population carcérale à s’intéresser davantage aux programmes didactiques», ajoutant que «l’Etat prend en charge les frais de  scolarisation des détenus, tous paliers d’enseignement confondus, en sus de la mise à leur disposition des différents supports pédagogiques nécessaires, trousseaux et ouvrages scolaires». «Tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés par l’Etat pour mettre en oeuvre les programmes d’enseignement au niveau des établissements pénitentiaires», a indiqué Saïd Zereb, soulignant que l’établissement pénitentiaire constitue actuellement le «modèle tangible des efforts  déployés pour développer un système pénitentiaire répondant aux normes internationales en matière de respect des droits de l’homme et de traitement des détenus». Le directeur général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion a, à cette occasion, indiqué que «le choix de l’établissement de rééducation et de réinsertion d’El-Ménéa pour le lancement des épreuves du baccalauréat n’est pas fortuit, mais intervient à la suite des résultats obtenus la saison dernière, à savoir un taux de réussite de 91,22%, en tête des autres établissements pénitentiaires à l’échelle nationale». A noter qu’à l’échelle nationale, un total de 6.100 candidats pensionnaires des établissements pénitentiaires, dont 5.953 de sexe masculin, inscrits dans les six filières d’enseignement, passent leurs examens du bac session juin 2022, répartis sur 47 établissements retenus comme centres d’examens sous l’égide de l’Office national des examens et concours (Onec).