Le FLN installe la commission de préparation du 11e congrès : Des assises ordinaires aux défis exceptionnels

Le Front de libération nationale (FLN) a procédé, ce mercredi au Centre international des conférences Abdellatif-Rahal, à Alger, à l’installation de la commission préparatoire du 11e congrès du parti.

Devant les membres du comité central, le secrétaire général Abou El Fadhl Baâdji a prononcé un discours dans lequel il a salué l’assistance pour sa forte présence. Un acte qui prouve, selon lui, «l’attachement au parti et l’insistance à poursuivre le combat pour que le FLN demeure novembriste, engagé et fidèle au service de l’Algérie». Il a affirmé d’entrée que ce prochain congrès devant intervenir avant la fin de l’année serait «un autre départ qualitatif du parti», puisqu’il sera question notamment de franchir une nouvelle étape : «celle du renouveau et de l’efficience politique».
«Le prochain congrès est ordinaire, mais ses défis seront exceptionnels. Il se tient dans un nouveau contexte national avec tout ce qu’il implique comme enjeux organique et politique. Une phase de réorganisation intense est à prévoir à l’occasion de ces assises cruciales», a-t-il affirmé, en plaidant au bannissement définitif des allégations infondées, précisant, à ce titre, que le report du congrès n’est pas «une décision personnelle ou improvisée», mais une responsabilité qui incombe au comité central, instance suprême du parti. Le SG du FLN précise que le but recherché à travers ce congrès qu’il qualifie «d’historique» n’est «pas de l’organiser seulement, mais d’en faire une réussite qui marque une rupture franche avec les pratiques dépassées par le temps et l’enracinement et la consolidation des références du parti».
Baâdji pense que ce congrès doit «donner un message clair qui délimite l’avenir du FLN. Il se réjouit du fait que le parti a retrouvé ces deux dernières années son lustre d’antan, et ce, grâce «àun discours différent et une volonté politique rigoureuse qui a redonné la parole aux militants après une longue période de légitimité perdue». A l’adresse des récalcitrants, le chef du FLN tranche. «Les traîtres ayant soutenu des candidats d’autres partis n’ont plus de place au sein du Front. Ils ont pris un autre chemin, alors ils doivent assumer leurs responsabilités. Je m’adresse à leurs commanditaires pour leur dire qu’ils sont dans l’erreur et le peuple nous a donné raison», lance-t-il.
Baâdji adresse un message aussi à ceux qui veulent renvoyer le parti au musée, en confirmant que le FLN sera toujours là avec la volonté des militants et la confiance du peuple. Il profite de l’occasion pour réaffirmer son soutien au président de la République et l’engagement des élus du parti à faire réussir son programme et ses objectifs, visant la consécration de l’Algérie nouvelle escomptée par tous. Il a, d’ailleurs, appelé toutes les forces vives de la nation à s’inscrire dans l’élan du chef de l’Etat.
Karima Alloun