Le kalbalouz de Hamid des Trois-Horloges de Bab El Oued : Une adresse incontournable

C’est une certitude.  De nombreux Algérois affectionnent le kalbaoulz, cette gourmandise qu’ils n’oublient jamais d’acheter durant le mois de Ramadhan. Dans le respect de la tradition, le kalbaoulz de Hamid de Bab El Oued ne déroge pas à la règle.

Son odeur embaume la célèbre place des Trois-Horloges, qui grouille quotidiennement de monde. Malgré les difficultés à trouver les ingrédients (huile, semoule…), les enfants du regretté Zougli Hamid (Tewfik, Djahid, Hakim, Mouloud, Mohamed …), qui ont fièrement suivi les traces de leur défunt père, lequel a appris le métier de son père, Mouloud, dans les années 1940 à La Casbah, appliquent minutieusement les techniques et recettes ancestrales. «Nous travaillons avec patience, volonté, passion en faisant attention aux règles d’hygiène, d’autant que le kalbaoulz que nous produisons est une affaire de famille depuis trois générations», dira Djahid, qui à l’image de l’ensemble de la fratrie Zougli, garde secrètement la technique et la composante de la recette empreinte de magie, qui fait saliver les plus gourmands. Une recette aux différents goûts et arômes (amende, pistache, noix, noisette…) réalisée grâce à un travail non dépourvu de passion et d’amour pour le métier en question. Ce sont des centaines de plateaux et de boîtes qui sont quotidiennement expédiés aux clients qui dès le matin s’agglutinent en nombre aux abords du magasin de vente et l’atelier de production de la pâtisserie reine du Ramadhan. Travaillant d’arrache pied, jour et nuit, les frères Zougli et leur personnel font le maximum pour satisfaire une clientèle issue des wilayas limitrophes (Boumerdès, Blida, Tipasa…). Devenu une adresse incontournable, le kalbaoulz de chez Hamid des Trois-Horloges, à Bab El Oued, préparé à l’ancienne, c’est-à-dire dans le respect de la tradition de l’ancien four en pierres, reste un élément  fondamental de la culture de l’Algérois, notamment en période de Ramadhan.
Abdenour Belkheir