Le Pr Mustapha Khiati, président de la Forem  «L’internet est un monde très dangereux pour les enfants»  

Dans cette interview, le Pr Mustapha Khiati, président de la Fondation pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem) revient sur le phénomène de la fugue des adolescents, les raisons et les solutions. 

Entretien réalisé par Samira Belabed 

Le phénomène de la fugue des mineurs est revenu ces derniers temps, quelles en sont les raisons ? 
C’est une triste réalité. Le phénomène ne s’est jamais arrêté, mais il prend une grande ampleur durant la période des examens et à l’approche des résultats de fin d’année. Le manque ou l’absence de communication entre les parents et leurs enfants surtout à l’âge de l’adolescence est la première cause. A cela s’ajoute les conflits et les disputes des parents. Plusieurs recherches ont démontré que la fugue des mineurs se caractérise généralement par les traumatismes familiaux qu’ils vivent ou déjà subis durant leur enfance, ce qui pousse les jeunes à quitter leur domicile parental. La négligence et les difficultés relationnelles entre les enfants et les parents, les violences psychologiques, physiques et sexuelles sont aussi une raison de la fugue qui, généralement, touche les enfants sont marginalisés. Ces derniers ne se sentent pas intégrés et les décisions sont prises sans demander leur avis. La crainte d’être puni ou blâmer explique ce problème notamment chez la catégorie de 12 à 14 ans. Ces adolescents sont en train d’exprimer une détresse temporaire liée à un moment de frustration.
Les nouvelles technologies sont-elles une autre source de mal ? 
Oui absolument! La fugue concerne les adolescents de 12 à 16 ans et les filles sont plus concernées. Lorsque l’on donne un Smartphone à un enfant de dix ans ou moins sans aucune surveillance, il faut s’attendre au pire. Seul face à leurs écrans, ces enfants se créent un monde virtuel sans se rendre compte des dangers de la toile. On oublie souvent que derrière les écrans il y a des pédophiles qui passent leur temps à chercher des cibles en modifiant même leur âge pour attirer les mineurs à l’extérieur.

La solution selon vous pour mettre fin aux agissements des cybercriminels ? 
La mise en place d’une police spécialisée comme cela se fait ailleurs sera la meilleure solution pour mettre fin à ces prédateurs sexuels et protéger nos enfants. Les parents doivent comprendre que l’internet est un monde très dangereux.

Faut-il casser le tabou autour de la pédophilie et la fugue des mineurs ? 
Oui! Aucun sujet n’est tabou. La fugue des mineurs est un fait réel. Réduire son ampleur relève de la responsabilité de la société chacun dans son domaine
de compétence.
Sur les réseaux sociaux, certains internautes écrivent des commentaires blessants en insultant ces fugueuses de tous les noms. Personne n’est à l’abri. N’importe quelle famille peut vivre ce que ces familles traversent. Arrêtez d’insulter et de blesser ces adolescentes que je considère comme des victimes.

En plus des familles, quel rôle doit jouer l’Etat et la société civile ? 
Nous sommes tous responsables du bien-être des enfants qui s’inscrit d’ailleurs même dans le droit constitutionnel. Il est vrai que l’Etat a pris un certain nombre de mesures juridiques pour la protection des enfants contre toutes les formes de violence, mais les textes de lois ont besoin d’être appliqués réellement sur le terrain notamment en ce qui concerne la protection des mineurs contre la cybercriminalité et cyberharcèlement.

Quelles sont les conséquences de ce phénomène sur le développement de ces jeunes? 
Toutes les recherches montrent sans équivoque que les conséquences très négatives de la fugue peuvent avoir des conséquences très négatives sur les jeunes déjà fragilisés. Les jeunes filles sont généralement traumatisées d’une telle expérience.
Ces enfants ont-ils besoin d’un suivi psychologique ? 
Pour éviter la récidive les enfants fugueurs ont besoin d’une prise en charge psychologique. Toute expérience traumatisante nécessite une prise en charge psychologique et parfois même psychiatrique pour les enfants ayant des antécédents psychiatriques avec une prise en charge spécialisée allant jusqu’à la prescription des médicaments appropriés. C’est une véritable urgence pédopsychiatrique qui nécessite une intervention rapide car le risque de développer un état de stress post-traumatique.
Votre message aux parents 
La communication est la clé de réussite dans la vie, alors parlez sur tous les sujets avec vos enfants sans aucun tabou, mettez-les en garde contre les dangers de la rue.
 S. B.