Le Tchad veut bénéficier : de l’expérience algérienne

Le ministre tchadien de la Sécurité publique et de l’Immigration, Idriss DokonyAdker, a fait part, dimanche à Alger, de la volonté de son pays de bénéficier de l’expérience algérienne dans le domaine sécuritaire. S’exprimant à l’issue d’un entretien avec le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, le ministre tchadien a indiqué que sa visite en Algérie s’inscrit dans le cadre de la coopération dans le domaine sécuritaire, soulignant la volonté de son pays de bénéficier de l’expérience acquise par l’Algérie en la matière. Il a expliqué que sa visite a pour objectif de «discuter et d’échanger les expériences» avec l’Algérie qui, a-t-il dit, a su faire face à des «situations difficiles notamment dans les années 1990». Relevant que le Tchad «traverse une période transitoire suite au décès de son chef de l’Etat»,DokonyAdker a fait observer que «dans des moments difficiles, il va de soi de solliciter l’aide de la part de pays amis et proches». «Le Tchad, qui traverse une période transitoire après le décès du chef de l’Etat, s’attelle à mettre en place un Conseil militaire de transition dont les objectifs consistent à assurer la sécurité du pays», ce qui nous a amené, a-t-il dit, à solliciter l’aide de l’Algérie, forte d’une expérience «inégalée» en matière sécuritaire. Il a expliqué que le Conseil militaire de transition planche sur «quatre axes, à savoir la mise en place d’un gouvernement civil, une Charte, l’organisation d’un dialogue national inclusif et, enfin, la tenue d’élections libres et transparentes», soulignant que «cela implique la mise en place d’un système sécuritaire intérieur». De son côté, Beldjoud a indiqué avoir évoqué avec le ministre tchadien l’expérience algérienne dans le domaine sécuritaire depuis les années 1990, précisant que Dokony Adker tient à s’inspirer de l’exemple de l’Algérie dans ce domaine. Qualifiant les relations algéro-tchadiennes de «privilégiées», Beldjoud a affirmé que les deux pays ont convenu de «relancer les accords signés entre les secteurs de l’Intérieur des deux pays en 2016».