Les grands absents de l’écran : Un Ramadhan pas comme les autres

Les téléspectateurs algériens assistent, en ce Ramadhan, à un changement auquel ils ne s’attendaient pas. Leur programme télévisé n’est pas comme d’habitude. Malgré les différentes séries et feuilletons dans le drame et la comédie diffusés en ce mois sacré, quelque chose manque.

Leurs idoles n’ont pas été produites cette année. Les comédiens qui ont fait les belles années du programme de Ramadhan, ont laissé un grand vide. Du coup, les Algériens se remémorent la « belle époque », et l’habilité des anciens artistes, absents du drame et de la comédie en ce Ramadhan 2022. Il faut dire aussi que le large public est très attaché à quelques acteurs algériens, dont certains sont malades, d’autres ont quitté ce monde, alors que d’autres n’ont pas été sollicités. Pour eux, certes, il faut donner l’opportunité aux jeunes talents, mais il serait bien de faire intervenir les anciens, qui restent tout de même irremplaçables. L’absence de Beyouna cette année s’est ressentie. Encore plus celle de Salah Ougrout  dit Souilah, notamment Hacen Kechach, Antar Hilal, Khaled Ben Aissa et d’autres. Ces artistes ont toujours été omniprésents dans les nombreuses œuvres cinématographiques, théâtrales et télévisuelles.
 Pour rappel, Beyouna n’a pas été revue à l’écran depuis 2018 dans la série «Beb Dechra», puis fut invitée d’honneur dans la série «Le Millionnaire», et ce, malgré son long parcours artistique et sa popularité. Son absence n’a pas laissé le public indifférent. Les Algériens regrettent plusieurs visages artistiques qui ont marqué la scène artistique, à l’exemple de Blaha Ben Zyan, décédé il y a une année, et qui a marqué la série «Achour El Âchar» de Djaâfar Gacem, dans ses trois saisons. Dans l’ensemble, les fans regrettent leurs anciens artistes.
Rym Harhoura