Ligue 1 : Le HBCL revient à la zone de relégation

Après avoir remporté des victoires salutaires face à l’ESS (0-1), à l’UB Biskra (3-1), au RC Relizane (0-2) et décroché un point face à l’USMA (0-0), le HBCL rechute et se rapproche aujourd’hui de nouveau de la zone de relégation avec l’O Médéa, le NA Hussein-Dey, le RC Relizane et le WATlemcenà la 14e du classement avec 28 points.
Depuis le score lourd (5-0) concédé devant JS Saoura pour le compte de la 21e journée du championnat, les coéquipiers de Mohamed Achraf Aib ne se sentent plus bien dans leur peau vu, notamment, la crise financière qui asphyxie le club. Un malaise qui a impacté négativement la gestion et les relations entre les dirigeants. Les supporters pointent du doigt les membres influents du club quine peuvent pas, tel que véhiculé dans la rue sportive de Chelghoum Laïd, vivre sans les faux problèmes et les désaccords fomentés par de supposés dirigeants. Les véritables amoureux du club ne manquent pas d’afficher leur désarroi, irrités au plus haut point par les manigances et les manœuvres des antagonistes pour lesquels l’intérêt de leur équipe fondée en 1945 est le cadet de leurs soucis. Loin d’être exempte de tout reproche, la direction actuelle, qui s’est toujours immiscée dans les affaires du club, ne réagit pas, laissant faire, alors que la situation ne cesse de se dégrader de jour en jour.
Déboussolés, le coach Cherif Hadjar, son assistant ainsi que les joueurs ne savent plus à quel saint se vouer. Le coche raté à domicile face aux Hamraoua du MCO est dû beaucoup plus à la crise à laquelle l’équipe fait face. Le staff technique et les joueurs essayent, tant bien que mal, de faire ce qu’ils peuvent et de s’éloigner des turbulences, mais les choses se dégradent de plus en plus devant l’insouciance des dirigeants.
Le dernier match opposant le HB Chelghoum-Laïd au MC Oran, qui n’a pas connu de vainqueur ni de but en faveur des Hamraoua, enfonce contrairement le Hillal qui donne l’impression de caler depuis son revers. Pour revenir à cette rencontre, il faut noter la bonne première mi-temps de la formation locale qui n’a pas tardé à se ruer vers la zone oranaise renforcée par trois axiaux. Sa domination était claire, mais ses actions n’ont pas abouti face à un adversaire avec un bloc bien compact, en l’absence du trio Dammane, Gherab et Kibouaâ. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la situation actuelle du HBCL est grave. L’équipe se dirige petit à petit vers le purgatoire si les dirigeants et les autorités locales n’interviennent pas avant qu’il ne soit trop tard.
S Djerdi.
Cor K.