Ligue des champions d’Afrique : Le CRB n’a pas osé

 Pas de miracle pour le CRB. Finalement, l’exploit tant attendu par les fans belouizdadis ne s’est pas produit samedi soir au stade Mohamed V de Casablanca, où leur team à été tenu en échec par le Wydad local (0-0). Un résultat qui met fin à l’aventure des gars de Laâqiba en Ligue des champions africaine, au stade des quarts de finale et ce, pour la seconde année de suite après la cruelle élimination la saison passée face à l’ES Tunis aux tirs au but.

En ballotage défavorable après la défaite (0-1) concédé la semaine dernière à Alger, les hommes de Marcos Paqueta, trop timides notamment durant les premières 45 minutes, auront été incapables de surmonter leur handicap. Pourtant ce ne sont pas les occasions qui auront manqué à l’image de cette tête du rentrant Karim Aribi, renvoyée par le poteau droit d’un Ahmed Tagnaouti archi-battu (83’). Réduit à dix trois minutes plus tard suite à l’expulsion de son keeper, Tewfik Moussaoui, auteur d’une agression stupide sur l’ancien attaquant usmiste, Muaid Ellafi, les Rouge et Blanc auraient tout de même pu obtenir un penalty à la dernière seconde du temps additionnel (90’+5) quant la VAR a signalé au referee Amine Mohamed Omar une faute du gardien wydadi sur Adel Djerrar.
Mais après moult hésitations, l’Egyptien en a décidé autrement. A noter que c’est le capitaine Chemseddine Nessakh qui a terminé la partie dans les buts, le représentant algérien ayant déjà consommé ses cinq changements réglementaires. Le réveil de la bande à Paqueta était trop tardif pour espérer inquiéter un onze du WAC qui se contentait de gérer tranquillement les débats afin de préserver le maigre avantage acquis lors du match aller. A ce titre, on pourra reprocher aux coéquipiers d’Islam Bakir de n’avoir pas trop osé en attaque et mettre la pression d’entrée sur un adversaire, pourtant loin de constituer un foudre de guerre. Dans le camp algérois, on doit certainement regretter cette première manche perdue au stade du 5-Juillet alors que le WAC avait joué quasiment tout le match en infériorité numérique après l’expulsion de Jalal Daoudi dès la 7’.
Mehdi F.