Longues files d’attente : Le consommateur doit avoir un comportement rationnel

Les longues files d’attente devant les magasins d’alimentation pour l’achat de certains produits de première nécessité sont de retour. Le phénomène a pris de l’ampleur depuis le début du mois de Ramadhan et la tension persiste sur trois produits, à savoir l’huile de table, le lait en sachet et la semoule, qui sont  subventionnés, mais fabriqués à partir de matières premières importées.

Les Algériens sont  contraints de faire le tour des magasins, d’attendre de longues heures, parfois sous un soleil de plomb, pour s’approvisionner. L’inquiétude gagne du terrain et beaucoup de citoyens s’exaspèrent. «La situation  ne profite qu’aux commerçants qui augmentent les prix comme bon leur semble», s’emporte  un sexagénaire, à la recherche d’une bouteille d’huile de table. «Le  manque d’organisation et la dérégulation de la distribution sont à l’origine de cette situation», ajoute-t-elle.
Au marché de proximité de Saïd-Hamdine (Alger), il se vend pas moins de 14.000 litres chaque jour. «Certains clients font la queue  jusqu’à trois, voire quatre fois par jour car on ne vend qu’un bidon par personne», précise un vendeur. «Ce  comportement risque d’aggraver le situation», confie Hadj Tahar Boulenouar, président de l’Association nationale des commerçants et artisans algériens. Pour lui, «le consommateur est en partie responsable de l’amplification de la crise», rappelant que «les prix obéissent à la loi de l’offre et de la demande». A en croire Boulenouar, la production des trois produits est suffisante pour couvrir les besoins du marché local pendant plusieurs mois. Il recommande, de ce fait, la rationalisation de la consommation durant le Ramadhan et d’éviter la «frénésie» des achats.
Dans ce cadre, plusieurs campagnes de sensibilisation contre le gaspillage ont été lancées par le département chargé de l’organisation des marchés au ministère du Commerce qui a initié  des journées avec pour  objectif de lutter contre le gaspillage.
Le consommateur sera également sensibilisé sur les dangers de la  consommation excessive de sel, de sucre et de matières grasses.
Samira A.