Lutte antiterroriste : L’ANP sur le front des sacrifices

Les succès récents en matière de  lutte antiterroriste ont démontré, encore une fois, la détermination de l’Algérie à en finir avec ce fléau. Les opérations de l’armée nationale menées contre les derniers groupes terroristes en sont la preuve tangible. Mais ces  coups de boutoir n’ont pas fait baisser la vigilance de nos soldats. Et pour cause, sur pratiquement tout le tracée de nos frontières le danger guette. Les conflits armés chez les pays voisins, sciemment entretenus par les grandes puissances,  ont créé une instabilité dont les premiers bénéficiaires sont justement les groupes terroristes qui écument la région du Sahel. A l’ouest, c’est un voisin belliqueux qui n’a jamais caché son animosité à l’égard de l’Algérie qu’il faut garder à  l’œil. Bref, une tension permanente qui exige perspicacité, fermeté  et surtout sacrifice. Des qualités qui ne sont pas étrangères à l’ANP.

L’Etat poursuit sa traque contre les résidus du terrorisme. Une lutte que l’Armée nationale populaire mène sans relâche afin d’éradiquer les dernières poches de ce phénomène qui a tant gangréné le pays. En effet, le dernier bilan opérationnel du mois d’avril fait état de 13 éléments de soutien aux  groupes terroristes arrêtés par les détachements de l’ANP à travers le territoire national. Bien avant ce bilan, le ministère de la Défense nationale affirme que les éléments de l’ANP ont pu éliminer un nombre important de terroristes et arrêter d’autres retranchés dans le maquis de Collo dans la wilaya de Skikda.
Ces résultats sont le fruit de diverses opérations de ratissage et d’actions d’intervention des unités de l’Armée nationale, visant à éradiquer les groupuscules spécialisés dans le crime organisé et le terrorisme. Ces opérations ont permis, aussi, de recueillir les aveux des terroristes capturés, lesquels ont conduit à dénuder certaines organisations terroristes, activant à l’étranger, ainsi que leurs plans subversifs ourdis, menaçant la sécurité nationale. Grâce au haut sens de vigilance et de performance des forces de l’ANP, ces opérations se sont soldées par les résultats de qualité.
Par ailleurs, l’Etat a veillé au renforcement de l’arsenal juridique à travers la promulgation, il y a une année, de l’ordonnance 21-08 modifiant et complétant le Code pénal, portant sur la répression des actes terroristes.
Outre la lutte interne contre les groupes terroristes, l’Etat est résolument engagé à combattre ce phénomène transfrontalier, et ne lésine pas sur les moyens quant à la coopération avec les pays voisins et les partenaires d’autres continents, qui ont subi et subissent encore les affres du terrorisme.
Il faut dire que le dossier de la lutte antiterroriste figure parmi les priorités de l’Algérie lors des rencontres régionales et internationales dédiées au combat de cette hydre. Des rencontres qui ont toujours constitué un espace d’échange d’une expérience reconnue et d’une approche sécuritaire, que l’Algérie n’hésite pas à partager avec ses partenaires pour une meilleure coordination et un appui en la matière.
C’est également une conviction qui se traduit par les incessantes plaidoiries des hautes autorités du pays énoncées devant le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine et les organisations onusiennes, mettant l’accent sur l’impératif de tarir, de par le monde, les sources de financement de ce phénomène.
Une lutte maintenue à son haut degré non sans sacrifices, tant elle a coûté la vie à plusieurs soldats, qui sont tombés au champ d’honneur pour la préservation de la sécurité nationale.
Aziza Mehdid