Marché de proximité à Saïd Hamdine : Grande affluence

Les marchés de proximité spécial Ramadhan, ouverts dans plusieurs quartiers de la capitale, visent à assurer la disponibilité des produits de première nécessité, comme l’huile, le lait pasteurisé en sachet, la semoule, qui manquent sur les étals. Dans ces espaces de vente aménagés, des industriels vendent directement leurs produits à prix d’usine.

Dans une virée au marché de proximité de  Saïd Hamdine, des clients se bousculent devant le stand des huiles alimentaires. Bien que le marché compte une trentaine de commerçants, une majorité, pour ne pas dire tous les consommateurs, se rue sur l’huile de table de marque Elio. «Cette marque, moins chère que les autre, n’est pas disponible dans les magasins», indique un sexagénaire. «J’ai dû faire deux fois la queue pour en prendre deux bidons de 5 litres», ajoute-t-il. Pour le président de l’Association nationale El Aman pour la protection des consommateurs et son environnement, Hacène Menouar, «il
n’y a pas de pénurie, mais plutôt un phénomène de raréfaction que la spéculation et la frénésie des achats ne font  qu’accentue».
Pour satisfaire la forte demande, l’approvisionnement se fait deux fois par jour. Mais de longues files d’attente se forment durant toute la  journée. Lundi dernier, vers 16 h, les étagères étaient vides et les vendeurs avaient baissé rideau, au grand dam des retardataires. «Vous arrivez à 15h30 et vous espérez trouver de l’huile ?», lance sur un ton ironique le vendeur à une jeune dame. Une foule nombreuse s’est également agglutinée devant le   camion de distribution de lait conditionné en sachet. La perturbation enregistrée dans la distribution de ce produit  depuis le début du mois sacré est due, selon le ministre du Commerce, «à la surconsommation et au stockage abusif».
La frénésie des achats durant ce mois sacré a  entraîné la rareté du produit. Chez Baya Food, les étals étaient presque  vides, hier,  à 14 h.  Seuls quelques sacs de frik et des pots  confiture de dattes étaient exposés. Raisins secs, pruneaux  et tomate en conserve  ont tous été écoulés.  Réputée pour la qualité de ses produits, Baya Food voit son chiffre d’affaires doubler chaque Ramadhan. Selon un client, les prix proposés dans les marchés sont nettement inférieurs  à ceux  affichés par les  détaillants. «Ramadan est un mois où les ventes connaissent une forte hausse et beaucoup cherchent  à en tirer profit.» Il relève  que  malgré la baisse de leur pouvoir d’achat, les Algériens explosent leur budget durant ce mois.
 Cotex, spécialisée dans la fabrication du papier hygiénique, a lancé à la veille du  Ramadhan une promotion  pour  le papier de table. La marque Guedila, qui  revient avec une  promotion habituelle, propose le pack d’eau de 2 litres à 180 DA.
Samira Azzegag