Mausolée de Sidi Abderrahmane : Un hommage au saint patron d’Alger

Le mausolée de Sidi Abderrahmane Thaâlibi est édifié en 1611, durant la domination ottomane. Il compte parmi les nombreuses zaouias du pays. Il est localisé à la Basse-Casbah d’Alger.

Cet édifice, au style architectural maghrébin, est construit en hommage à Sidi Abderrahmane, le saint patron de la  ville d’Alger. De son vrai nom Abou Zaid Abderrahmane Ben Makhlouf al  Thaâlibi, il est  né en 1384 dans le village Thaâlba, dans les Issers, dans l’actuelle wilaya de Boumerdès, et est décédé en 1471 à Alger. Sidi Abderrahmane est un penseur vénéré et théologien du Maghreb, fondateur de la zaouïa thaâlibiya qui a des écrits tels que «Les joyaux éclatants dans l’exégèse du Coran». Mise sous la tutelle du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs et au référent religieux national, la zaouia compte le mausolée et une mosquée.  Le dey d’Alger décide de construire une coupole pour abriter la sépulture du saint homme.
En 1696, le dey  de l’époque, Hadj Ahmed, entreprend des travaux pour la transformer en mosquée en construisant une salle de prière. La chambre sépulcrale se voit dotée d’un mihrab comportant deux colonnettes et revêtu de faïence. Le mausolée est un lieu très visité depuis des siècles. Le mausolée n’est jamais vide.  Algérois et invités de la capitale visitent ce lieu mystique et accueillant. Des personnalités de marque s’y sont rendues également dans ce tombeau, parmi elles la reine qui Victoria. Des lustres qui ornent la salle du tombeau ont été offerts par la souveraine britannique. Les femmes se retrouvent dans ce lieu sacré pour solliciter la bénédiction du saint homme. Elles font des vœux pour solutionner les problèmes qu’elles rencontrent dans leur vie familiale et sociale. Il s’agit aussi d’un mausolée qui abrite une certaine vie sociale où des rencontres se font et des alliances se tissent.
La mosquée est composée d’un beau  minaret orné  de carreaux de faïence bleue et blanche. Au milieu de la cour, une fontaine aux eaux miraculeuses y est construite.  En entrant dans le mausolée, il est obligatoire de se déchausser et de glisser une pièce en faisant un vœu. Le saint patron est  le magistrat suprême de la ville et  prodigue des enseignements en histoire, littérature et doctrine.
Karima Dehiles