Médicaments : Mise en place d’un système de numérisation pour la gestion des stocks

Le directeur général de la Pharmacie centrale  des hôpitaux (PCH), Ali Aoun, a indiqué ce mercredi avoir mis en place un système de numérisation en vue de bien gérer les stocks et faire face aux  ruptures de médicaments au niveau des hôpitaux.

« Pour mieux gérer le stock de médicaments à distance et éviter les pénuries, qui sont parfois fabriquées, un système de numérisation a été mis  en place », a affirmé M. Aoun dans une déclaration à l’APS, précisant qu’il s’agit d’un logiciel de régulation qui permet de « gérer le stock de  médicaments à toute heure et dans tous les hôpitaux ».
La PCH, considérée comme le « prolongement » du ministère de la Santé dans le cadre de la prise en charge médicale des citoyens, « s’efforce à mettre à  la disposition des hôpitaux les médicaments génériques et les molécules innovantes », a-t-il souligné, indiquant que « le médicament qui est mis à la disposition d’une santé et d’une médecine gratuite, coûte des sommes colossales ».
Concernant les ruptures de stock enregistrées ces derniers temps, notamment pour les cancéreux, le DG de la PCH a souligné que les perturbations dans l’approvisionnement des hôpitaux en médicaments « sont causées par la pandémie de coronavirus qui a impacté tous les pays du monde, en plus des problèmes liés au transport et à l’approvisionnement des producteurs mondiaux en matières premières ».  M. Aoun a tenu à saluer, dans ce contexte, l’Armée nationale populaire  (ANP) qui a approvisionné la Pharmacie centrale des hôpitaux en médicaments et autres équipements médicaux, en dépit de la pandémie de Covid-19. Les produits d’oncologie pour adultes et enfants et les produits des maladies immunitaires à travers le sang, représentent 60% des acquisitions de la PCH, affirme M. Aoun, annonçant une acquisition prochaine de  médicaments anti-cancéreux pour enfants, lesquels ont connu une « pénurie » ces derniers temps. Il a, en outre, fait savoir qu’un programme spécial d’importation a été mis en œuvre et que « 138 produits dans le domaine de l’oncologie seront importés », tout en reconnaissant qu’il y a eu « des tensions sur une dizaine de produits ».
Le même responsable a assuré que la situation sera « rétablie » et que les hôpitaux seront approvisionnés en médicaments et équipements médicaux, « grâce à la nouvelle stratégie mise en place par la PCH et qui sera à la hauteur des aspirations du secteur de la santé et du citoyen ».
Pour les créances détenues auprès des hôpitaux, M. Aoun a affirmé que l’Etat « n’abandonne pas la PCH » et que celle-ci possède les ressources pour  approvisionner le marché.   Par ailleurs, M. Aoun a souligné que la PCH qui gère 1.700 produits entre  équipements et médicaments et travaille avec plus de 700 structures de  santé, ouvrira des annexes à Ouargla, Adrar et Tamanrasset qui seront  opérationnelles l’année prochaine.