Meriem Imessaoudène, coach sportif : «Ce n’est pas dangereux, mais il ne faut pas trop forcer»

Meriem Imessaoudène est coach de fitness à la salle des Dragons de Baba Hassan. Pour elle, le jeûne fait bon ménage avec la pratique du sport. Entre deux séances, elle nous dit pourquoi et comment.

Peut-on exercer une activité physique tout en jeûnant ?
Des sportifs de niveau ou amateurs ont adopté, ces dernières années, une nouvelle pratique, celle de jeûner pendant 16 heures et de faire une activité sportive. Les spécialistes se veulent  rassurants et écartent tout danger. Au contraire, cette «mode», disent-ils, est  bonne  pour la santé physique et morale. Pour eux,  le jeûne est un véritable detox qui nettoie le colon, et le sport raffermit les muscles, particulièrement le cœur. Le sport pendant le Ramadhan n’est pas dangereux, mais il ne faut pas trop forcer.
Comment ?
Il faut travailler à son rythme, faire des exercices de façon modérée et s’arrêter en cas de fatigue. Le manque d’énergie ne vient pas spécialement du jeûne, parfois on sent la fatigue même après l’iftar. Il est d’autre part  possible de tenir une longue période sans sucre ou avec des apports très limités. Le jeûne n’est pas un mode qui encourage à sauter des repas et limite le besoin de s’alimenter à des heures régulières, il faut juste choisir des activités associées dont les bienfaits sont multiples.
Que faut-il en attendre ?
Il y a  particulièrement des  femmes qui veulent stabiliser leur poids pendant le mois sacré et éviter de prendre des kilos en plus en raison des sucreries. D’autres pratiquent du sport pour accroître leurs performances. Le principe du sport pendant le jeûne est celui de nettoyer son corps des toxines cumulées, qui sont à l’origine de plusieurs maladies. Faire du sport pendant le jeûne est la meilleure façon de se débarrasser des cellules défectueuses et des acides gras», Mieux, la peau devient plus belle, la perte de poids se fait progressivement et les mauvaises habitudes alimentaires sont abandonnées et l’esprit devient vif. Dans l’ensemble, l’alliance jeûne-activité sportive doit s’inscrire dans une démarche globale de quête de bien-être.
Entretien réalisé par Rym Harhoura