Mohamed Chaïb, président du Forum national des agences de voyage : «L’Algérie pour se reposer, l’étranger, pour le travail»

Le président du Forum national des agences de voyage, Mohamed Chaïb, confie dans cet entretien qu’en tant qu’opérateur de tourisme, il n’est pas aisé de prendre des vacances et de se déconnecter totalement du travail. Prendre des vacances durant la saison estivale est tout simplement hors de question.
 
Votre métier est d’organiser les vacances des autres. Qu’en est-il des vôtres?
C’est compliqué! Il est quasiment impossible à un opérateur de voyage de prendre des vacances en même temps que les autres. Durant la saison estivale, son premier souci est d’aider plutôt les autres à passer les meilleures vacances possibles, à se reposer, à déstresser après une longue année de labeur, à recharger leurs batteries…Il lui est donc impossible de penser à ses propres vacances. Après deux ans de crise sanitaire, moi, de même que les autres opérateurs d’ailleurs, je pense plus aux solutions, aux stratégies à mettre en place pour sauver le secteur de la crise, conséquence de la  Covid-19. C’est pour dire qu’actuellement, nous travaillons beaucoup pour sauver la mise. Nous n’avons pas vraiment le temps de penser à nous, à nos vacances. Cette année, cela dit, il y a quand même une certaine reprise et les agences recommencent à travailler. Les opérateurs qui ont des enfants ont pu s’aménager quelques jours de repos sans avoir cette peur au ventre de perdre leur gagne-pain. C’est mon cas. J’ai passé quelques jours à Mostaganem et à Alger avec ma famille. Comme on habite dans le sud du pays, c’est toujours un changement de passer du temps dans le Nord. Surtout que nous n’avons pas pu nous déplacer à cause dela Covid-19. En plus du virus, la grosse chaleur nous obligeait à rester confiné chez-soi. Cette année, donc, on a pu souffler un peu. A Alger, j’ai profité de mon séjour pour nouer des contacts, régler des affaires administratives…C’est pour dire qu’il est impossible à un opérateur de voyage de se déconnecter des jours entiers de son travail. Notre métier est celui des contacts.
Vous choisissez toujours des destinations locales pour vos vacances ?
Je préfère voyager en Algérie, en famille la plupart du temps, mais en solo et avec des amis parfois. Il y a beaucoup de choix, de possibilités touristiques en Algérie et à des prix moins chers qu’à l’étranger. A l’étranger, je pars surtout pour des raisons professionnelles, et j’en profite au maximum. C’est toujours agréable de faire de nouvelles découvertes, de se frotter à d’autres cultures, d’apprendre des choses… Joindre l’utile à l’agréable en somme. D’ailleurs, dans tous les voyages professionnels, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, les opérateurs s’arrangent pour joindre l’utile à l’agréable.
Entretien réalisé par Farida Belkhiri