Mohamed Hassan-Daouadji, chef de cabinet du commissaire des JM-2022 : «Démontrer au monde les capacités de l’Algérie»

Dans cet entretien, Mohamed Hassan-Daouadji, premier assistant de Mohamed Aziz Derouaz, commissaire des Jeux méditerranéens d’Oran-2022, fait un bilan objectif sur l’évolution des préparatifs des JM, et de leur impact sur les plans diplomatique, sportif, culturel et touristique.
À un mois du début des JM, où en êtes-vous avec les préparatifs ?
Disons que nous en sommes à la phase finale. On en est à 96%. Je peux d’ores et déjà affirmer que toutes les installations sportives prévues pour accueillir ces JM sont fin prêtes. Il reste quelques détails liés à l’aspect technique et à l’organisation qui sont indispensables pour satisfaire aux exigences du haut niveau. Nous travaillons sans relâche afin que tout soit prêt le jour J.
Qu’en est-il du village méditerranéen, base de vie des athlètes ?
À l’instar de l’ensemble des infrastructures sportives, le village méditerranéen est lui aussi prêt pour être le théâtre de cette joute sportive internationale. Avec son maire qui n’est autre que notre ancien champion olympique, Aïssa Djabir Saïd-Guerni, nous sommes entrain de peaufiner les derniers réglages liés aux aspects protocolaire et technique. Un casting est d’ailleurs prévu au courant de cette semaine pour la sélection des personnes qui vont animer les cérémonies d’ouverture et de clôture. Les candidats retenus bénéficieront d’un stage bloqué de trois jours au sein du village méditerranéen. Cela nous servira de test expérimental quant au fonctionnement des installations et équipements de ce site. De l’avis même des responsables du Comité international des jeux méditerranéens, ce village est l’un des plus prestigieux de l’histoire des JM.
Justement la prochaine visite du CIJM à Oran, la dernière avant le début des JM, est prévue quand ?
Une délégation du CIJM est attendue la fin de ce mois, précisément les 28 et 29 mai. Ce sera la dernière visite d’inspection à Oran afin de faire un ultime point sur l’état des préparatifs, que ce soit au niveau de l’infrastructure sportive ou hôtelière, devant accueillir la grande famille du bassin méditerranéen. En tout cas, lors de leur dernière visite, les responsables du CIJM n’ont pas tari d’éloges sur la qualité des infrastructures dont dispose la ville d’Oran allant jusqu’à affirmer que l’Algérie avait tous les atouts pour faire de ce rendez-vous sportif une totale réussite.
Peut-on connaître le nombre de pays et d’athlètes ayant déjà confirmé leur présence à ces joutes ?
En tout, 26 pays ont déjà confirmé leur participation. Pour ce qui est du nombre d’athlètes, il y en aura entre 4.000 et 4.500 qui concourront dans 24 disciplines.
On s’attend à une forte participation d’athlètes algériens durant ces Jeux. Quel en est l’objectif sur le plan purement sportif ?
Quand on organise ce genre d’événements chez nous, il est clair qu’on vise toujours haut. Cela dit, notre objectif est de réaliser les meilleurs résultats possibles et d’améliorer le classement de l’Algérie dans différentes disciplines mais aussi de permettre à nos athlètes de se préparer aux futures grandes échéances comme les championnats du monde ou les jeux Olympiques.
Selon vous, quel sera l’impact de cette manifestation sportive sur les plans diplomatique, culturel et touristique ?
Il est bien établi aujourd’hui que l’Algérie, en se proposant d’organiser ces Jeux méditerranéens, a pour ambition légitime de démontrer qu’elle accorde une importance capitale à sa jeunesse et au sport en tant que facteur d’amitié et de paix entre les peuples. Il s’agit surtout de mettre en évidence les potentialités dont dispose notre pays dans tous les domaines et montrer au monde entier notre capacité d’accueillir et d’organiser des manifestations de grande envergure, n’en déplaise à nos détracteurs. L’Etat algérien a mis de grands moyens pour que la fête sportive au niveau méditerranéen soit grandiose.
Oran connaît ces derniers jours une flambée des tarifs pratiqués par les hôtels. Qu’avez-vous prévu pour y remédier et permettre ainsi, à un grand nombre de visiteurs algériens et étrangers d’assister à ces Jeux ?
Comme chacun le sait, Oran dispose d’un énorme potentiel en termes d’établissements hôteliers de haut standing, en mesure de répondre à la forte demande durant ces JM. Ce qui est un acquis considérable qui permettra de booster le tourisme international dans cette ville côtière. Je peux vous affirmer qu’il y a des négociations pour faire baisser les prix et garantir les meilleures conditions d’accueil et d’hébergement.
Ce genre d’événements requiert des services de qualité. C’est pourquoi, nous avons exigé de tous les établissements, retenus pour ces Jeux, de se doter de la technologie de l’internet de haut débit et d’installer des distributeurs d’argent.
Entretien réalisé par Mehdi Ferrani