Mohamed Sami Saadi : Une plume à plusieurs facettes

Mohamed Sami Saadi est romancier et poète. Membre de l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins, (Onda), cet ancien membre de l’Union des écrivains algériens et ex-éditeur propriétaire des éditions Dar El Mahdi est auteur de plusieurs ouvrages dont 2 recueils de poésie en 2008 « Ombre, bonheur et lumière» et  «Et Dieu créa Ève». Il a publié en 2017 un autre recueil, « Les Chemins vers la lumière» et un roman «Momo et ses conquêtes».

En 2021, il est invité par l’éditrice Gaëlle Lavis pour participer au 3e festival francophone des Hauts-de-France, au Canada,  consacré à la poésie dédiée à la femme. Il prit part avec plusieurs textes poétiques inédits, dont «Mon premier amour», «Appelle-moi», «Ma sirène», «Illusion», «Malheureuse» et «Haiku» (Petit poème de dix-sept syllabes, en trois vers, respectivement de 5, 7 et 5 syllabes, genre poétique de la littérature japonaise classique). Ses œuvres lui ont valu le premier prix du festival parmi quelque300 auteurs et figurent dans l’anthologie «Hommage aux femmes» publiée aux éditions «Claire Lorain». Malheureusement, la distinction n’a pas eu droit à la médiatisation qu’elle mérite pour cause, selon lui, de la pandémie du coronavirus.
Auteur en langue française, Sami Saadi a publié 22 contes pour enfants entre 1989 et 2001 et actuellement il a 8 contes qu’il envisage de mettre en album qu’il choisit de titrer «Les contes de mon bonheur». Il a également quelques recueils de poésie non édités comme «Ombre, bonheur et lumière», «Les chemin vers la lumière» et «Ma plume danse». Saadi s’est également essayé au genre Haiku dont il vient de terminer un recueil également  en attente de publication.
En Algérie, Saadi est lauréat du 3e prix de poésie de l’établissement Arts et Culture d’Alger, en 2011. Il est aussi auteur de scénarios dont un écrit pour le regretté Hadj Abderrahmane «L’inspecteur Tahar».
Le scénario, intitulé «L’assassin du docteur Mourad», est rebaptisé «Le cadavre du domaine» par Hadj Abderrahmane qui, malheureusement, est décédé avant de pouvoir le porter à l‘écran. Saadi vient de déposer à l’ENTV un  scénario pour court-métrage intitulé «La gifle» et un autre intitulé «Pardonne-moi ma mère» long-métrage social. Il est auteur d’un troisième scénario intitulé «Dépersonnalisation» qui traite des problèmes de la jeunesse. Les scénarios  sont en attente de réalisation, selon leur auteur. Selon toujours Saadi, le scénario  L’assassin du docteur Mourad» a été remanié pour être joué par le regretté Rouiched (Ahmed Ayad), mais le destin a en a décidé autrement.
En tant qu’éditeur, Saadi a dirigé la maison «Dar El Mehdi» de 1989 à 2001 et s’est spécialisé dans le livre pour enfants. Il aussi collaboré dans plusieurs titres de la presse nationale. Retraité, il continue toujours d’écrire et d’empiler des verset des histoires en attente d’être mis à la disposition du lecteur.
Hakim Metref