Mondiaux féminins-2022 de boxe : Imane Khelif en Argent, Ichrak Chaïb en Bronze

La boxeuse algérienne Imane Khelif (63 kg) a  été sacrée vice-championne du monde de la catégorie des 63 kg, après sa défaite ce jeudi à Istanbul, en finale des Mondiaux féminins-2022, l’Irlandaise Amy Sara Broadhurst (5-0), tandis que sa compatriote Ichrak Chaïb a décroché le bronze.

En décrochant ce titre de vice-championne du monde, Imane Khelif réalise une première historique dans les annales de la boxe féminine algérienne, et inscrit son nom en lettres d’or au palmarès du noble art mondial. Cette brillante performance s’ajoute à celle de sa coéquipière Ichrak Chaïb (66 kg) qui, elle aussi, a gravé son nom au palmarès de la boxe mondiale, grâce à sa médaille de bronze, remportée à l’issue de sa défaite (3-2) mercredi en demi-finale contre la Canadienne Charlie Cavanagh, championne du monde en 2018 à Budapest (Hongrie).
Imane Khelif, la native de Tiaret de 23 ans, a réalisé un sans-faute en remportant tous ces combats, avant de s’incliner en finale face à  l’Irlandaise Amy Sara Broadhurst. Elle avait largement battu auparavant, tour à tour, la Kazakh Abikeyeva Aida, la Lituanienne Rozentale Beatris, la Grecque Papadatou Olga Pavlina et la Néerlandaise Heijnem Chelsey.
 De son côté, Ichrak Chaïb (66 kg), pour sa première participation à un championnat du monde, s’est imposée successivement devant la Vénézuélienne Perez Camacaro, puis face à la Coréenne Choi Honguen et la Polonaise Aneta Rygielska. Elle a perdu, cependant, en demi-finale contre la Canadienne Charlie Cavanagh, terminant ainsi à la 3è marche du podium.
Les deux autres boxeuses algériennes engagées dans ces Mondiaux 2022, Fatiha Mansouri (48 kg) et Roumaïssa Boualem (50 kg) ont eu moins de chance, puisqu’elles ont été éliminées à un stade plus précoce.
Le parcours de Boualem s’était arrêté au stade des huitièmes de finale, après sa défaite contre la Turque Cakiroglu Buse Naz. Elle avait battu au premier tour la Japonaise Shinohara Hikaru (4-1). Fatiha Mansouri a été éliminée dès le premier tour, en s’inclinant face à la Vénézuélienne Tayonis Rojas Cadeno (5-0).
Les deux médailles algériennes au Mondiaux d’Istanbul, sont de bon augure pour la boxe féminine algérienne en vue des prochaines échéances internationales, à commencer par les 19è Jeux méditerranéens Oran-2022 (25
juin-6 juillet) et les Jeux olympiques Paris-2024.  Ces championnats du monde d’Istanbul ont enregistré la participation d’un nombre record de 310 athlètes de 73 pays, répartis sur 12 catégories de poids.