Mouvement associatif : Des approches modernes et plus efficaces

La lutte contre le tabagisme est l’affaire de tous. C’est une conviction pour certaines associations très impliquées en la matière et selon des approches différentes, qui se veulent «modernes» et «plus efficaces». L’objectif est de mieux sensibiliser sur les conséquences sanitaires, économiques et environnementales du tabac, qu’il soit prisé, fumé ou encore inhalé.

Le représentant des anciens Scouts musulmans algériens, Anis Ailoul, affirme que leur association adopte une approche «moderne» et «innovatrice» dans les actions de sensibilisation contre le tabagisme. «Nous sommes sortis des sentiers battus avec une approche plus moderne qui rompt avec les simples rencontres dans les salles de conférence. Et ce pour mieux cerner le fléau et cibler les catégories les plus concernées», indique Ailoul. Cette approche de proximité consiste, explique-t-il, en la formation de jeunes médiateurs censés être, à leur tour, des formateurs. «Il s’agit d’un projet qui s’intitule le médiateur des jeunes. Il a été lancé en 2011 en coordination avec la Direction générale de la sûreté nationale et consiste en la formation de jeunes entre 18 et 22 ans, avec l’implication des psychologues et de la police judiciaire. Après la décortication du fléau du tabagisme et de la toxicomanie, nous avons organisé une session de formation d’une durée d’une semaine», détaille-t-il.
Ces médiateurs se rapprochent des jeunes des divers quartiers, les lycées et le milieu universitaire, en usant du même langage censé persuader les consommateurs du tabac d’arrêter de s’autodétruire.
Aziza Mehdid