Mouvement marocain Al Adl Wal Ihsane : «L’accélération du rythme de normalisation, une véritable menace pour le pays»

L’accélération du rythme de la normalisation entre le Maroc et l’entité sioniste est une « véritable menace » pour le Royaume, et tout effort visant à contrecarrer ce plan constitue une « bataille cruciale », selon le mouvement marocain « Al Adl Wal Ihsane ».

Dans un entretien au site d’information « Arabi21 », le responsable des relations extérieures du mouvement, Mohammad Hamdaoui, a souligné que la normalisation avec l’entité sioniste constitue « une menace pour le Maroc, plus qu’elle ne l’est pour la Palestine, en raison des dimensions  dangereuses qu’elle a prises, notamment les tentatives persistantes d’inculquer la pensée et la culture sionistes au sein de la société marocaine pour oblitérer son identité (…) ». Et d’ajouter : « La bataille contre l’entité sioniste est cruciale et nécessite une grande vigilance de la part des forces vives de la société et  de la part de l’ensemble du peuple (marocain) en vue de contrecarrer ces plans destructifs ».

S’agissant des mouvements de protestation que connaissent plusieurs villes marocaines, Mohammad Hamdaoui a déclaré qu' »il est difficile à ce stade de prédire l’ampleur des conséquences de la grogne sociale actuelle compte tenu du désespoir qui a gagné de larges franges de la société ». Il a relevé que « ce sentiment s’est accru au fil des jours en raison de la baisse du pouvoir d’achat, la précarité touchant des secteurs névralgiques, tels que la santé et l’éducation et le manque d’opportunités d’emploi, qui a conduit à l’augmentation des taux de chômage et de criminalité, et en raison aussi de l’absence de tout plan de développement sérieux susceptible de  s’attaquer aux principaux déséquilibres ».

Et en réponse à une question sur la possibilité de changement au Maroc, Hamdaoui a dressé un tableau assez sombre de la situation. Il a dit que  « jusqu’à nouvel ordre, il n’y a pas de volonté politique pour mettre le pays sur la bonne voie de la démocratie, et que tout ce qui se passe  actuellement n’est qu’un effort continu pour instaurer plus d’autoritarisme et de répression à l’encontre des voix appelant au respect des droits de l’homme ».

Dans ce contexte, il a mis en exergue « le bilan des violations massives des droits de l’homme, telles que la condamnation injuste de juristes et  professionnels des médias, et avant eux, des militants du Rif qui revendiquaient leur droits de vivre dignement et autres ». Mohammad Hamdaoui a évoqué également la menace qui pèse sur le Maroc en raison de « l’exacerbation de la corruption ». Il a souligné que le premier pas dans tout traitement est « une prise de conscience réelle et positive de cette menace, et de travailler pour conjuguer tous les efforts afin d’arrêter l’hémorragie de l’économie nationale causée par la corruption, le gaspillage, le pillage, la mauvaise gestion, la fuite des compétences, le sentiment d’injustice et les violations des droits de l’homme ».