Mozambique :Au moins 7 morts et 10.000 nouveaux déplacés après de récentes attaques terroristes

Au moins sept personnes ont été  tuées dont quatre décapitées dans de récentes attaques terroristes dans le  nord-est du Mozambique, des violences qui touchent désormais des zones jusque-là relativement épargnées et provoquent un nouveau déplacement massif de population. Selon l’ONU et l’ONG Save the Children, mardi dernier, 10.000 personnes ont fui leur foyer au cours de la semaine écoulée. Le pays est en proie à des violences terroristes depuis octobre 2017, qui ont déjà fait près de 4.000 morts, selon l’ONG Acled qui collecte des données dans les zones de conflit,  et forcé environ 800.000 personnes à fuir. Les groupes terroristes sévissaient principalement dans l’extrême nord-est de la province pauvre mais riche en ressources naturelles du Cabo Delgado, à majorité musulmane, près de la frontière avec la Tanzanie. Mais début juin, une série d’attaques a eu lieu plus au sud, dans le  district d’Ancuabe, à environ 45 km de la ville portuaire de Pemba,  capitale de la province. Une région considérée comme «sûre» jusque-là,  relève Save the Children. «Au moins quatre personnes ont été décapitées dans ces récentes attaques,  une première dans le district», selon l’ONG dans un communiqué. Les habitants des villages environnants, qui ont pris la fuite, ont décrit décapitations, viols, incendies de maisons et enlèvements notamment de jeunes garçons, poursuit l’ONG.