Mustapha Zebdi, président de l’association de protection du consommateur : « Les raisons de la hausse des prix ne sont pas claires »

Les musulmans aspirent au moins une fois dans leur vie à faire le pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam et de voir le tombeau du Prophète Mohammed (QSSSL) à Médine. Après une fermeture de près de deux ans suite à la pandémie de la Covid-19, les autorités saoudiennes ont ouvert leurs frontières et fixé le nombre de hadji à un million.

Une opportunité pour les fidèles qui sont prêts à dépenser une fortune pour y être.  Toutefois, cette année, les frais  de voyage et d’hébergement à La Mecque ont connu une hausse vertigineuse. «L’augmentation des frais de voyage et de séjour aux Lieux Saints décourage nombre de fidèles des musulmans. Certaines personnes notamment les seniors économisent toute leur vie pour s’offrir ce voyage spirituel et cultuel. Mais la cherté et la hausse des prix à tous les niveaux annihilent tous leurs espoirs», estime le président de l’Association de protection et d’orientation du consommateur et de l’environnement (Apoce), Mustapha Zebdi.
Le cinquième pilier de l’Islam, dont les croyants qui n’ont pas les moyens matériels, physiques et mentaux sont exempts, est soumis à la pression économique et à la valeur de la monnaie nationale. «Le quota octroyé à l’Algérie par les autorités compétentes saoudiennes est de 18 697 personnes. L’Office national du pèlerinage et de la omra  a fixé le coût à 856.100 DA, une  hausse de près de 300.000 DA par rapport au dernier hadj de 2019. Les raisons de cette augmentation ne sont pas claires», affirme le président de l’Apoce.
Justement, parmi les motifs évoqués par l’ONPO, les mesures préventives contre la propagation de la Covid-19 dans les espaces fréquentés par les pèlerins. «Il est évident que la protection des hadji est un élément important pour les autorités saoudiennes. Il y a aussi les prestations de services et la billetterie. Le coût du pèlerinage a étonné plus d’un. Les responsables en charge de l’organisation du hadj doivent s’exprimer et expliquer les raisons réelles de cette augmentation», soutient Zebdi.
En dépit de ces frais exorbitants, les fidèles sont prêts à visiter les Lieux Saints même si ce n’est pas à la portée de tous.
Karima Dehiles