Nigeria : L’armée retrouve deux «filles de Chibok»

L’armée nigeriane a annoncé, mardi dernier, avoir retrouvé deux anciennes élèves du groupe dit des «filles de Chibok», enlevées par le groupe terroriste de Boko Haram il y a huit ans, affaire qui avait provoqué une campagne mondiale baptisée (BringBackOurGirls (Ramener Nos Filles). Les deux jeunes femmes faisaient partie des 276 écolières âgées de 12 à 17 ans enlevées de leur pensionnat de Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Leurs bébés dans les bras, elles ont été présentées à la presse par l’armée. Le général Christopher Musa, commandant militaire des troupes dans la région, a déclaré aux journalistes que les jeunes femmes avaient été retrouvées les 12 et 14 juin à deux endroits différents par des soldats. «Nous sommes très chanceux d’avoir pu récupérer deux des filles de Chibok», s’est félicité le général Musa. La première, Hauwa Joseph, a été retrouvée avec d’autres civils le 12 juin près de Bama après que les troupes ont attaqué un camp de Boko Haram. L’autre, Mary Dauda, a été retrouvée près du village de Ngoshe dans le district de Gwoza, à la frontière avec le Cameroun. Le 15 juin, l’armée a déclaré sur Twitter avoir trouvé l’une des filles de Chibok nommée Mary Ngoshe. Dans l’Etat de Zamfara, les autorités ont annoncé avoir sauvé plus de 3.000 personnes enlevées depuis 2019. «Les victimes ont recouvré leur liberté grâce aux programmes de paix, de réconciliation et de dialogue initiés par le gouvernement de l’Etat de Zamfara au cours des trois dernières années», a affirmé Ibrahim Dosara, commissaire à l’information de l’Etat, lors d’une conférence de presse à Gusau, la capitale de l’Etat. Le responsable a décrit cet exploit comme l’une «des réalisations remarquables enregistrées par le gouvernement de l’Etat dans le secteur de la sécurité». Il a exhorté les habitants de l’Etat de Zamfara à coopérer avec le gouvernement et les services de sécurité pour mettre un terme au banditisme et aux problèmes de sécurité qui affectent l’Etat.