Normalisation touristique : La voie des sionistes pour la conquête du Maroc

Le président de l’Organisation marocaine de soutien aux causes de la nation et vice-coordonnateur du Front marocain de soutien à la Palestine, Abdessamad Fethi, a estimé que la normalisation touristique du régime du Makhzen avec l’entité sioniste constituait la voie que les sionistes ont choisi d’emprunter pour conquérir le royaume, affirmant qu’«il serait illusoire de croire que leur présence se limitera au secteur touristique».

«Le Maroc a ouvert les portes aux groupes de colons pour accéder à notre terre en ouvrant des vols directs entre le Maroc et l’entité colonisatrice, en vue de multiplier de quatre le nombre des visiteurs sionistes conformément à l’accord de honte, après que les ministres marocain et sioniste du Tourisme ont décidé d’atteindre 200.000 conquistadores par an via 3 vols par semaines», a indiqué  Abdessamad Fethi sur sa page Facebook.
En vue d’appuyer ce processus, une convention a été signée le 26 juillet2021 portant promotion du tourisme au Maroc par les deux parties, évoquant «les contradictions flagrantes» entre les prix appliqués sur les vols aux pays voisins et ceux à l’entité sioniste.
Le Makhzen aurait dû, selon lui, « subventionner les vols internes dont les prix dépassent les 2.000 dirhams pour un simple trajet entre Casablanca et Tanger, soit les deux tiers du prix de billet vers l’aéroport de Tel-Aviv, ou encore soutenir les étudiants qui souffrent des prix exorbitants des billets pour poursuivre leurs études».
«L’ouverture d’une ligne directe entre l’entité sioniste et le Maroc en vue de permettre aux sionistes d’envahir le Maroc sous prétexte d’activités touristiques est catégoriquement rejetée, étant une trahison mais aussi une dégradation morale», a-t-il martelé.
«Accueillir des sionistes veut dire abriter des assassins et criminels», a déploré le même militant, s’interrogeant sur la raison pour laquelle «nous accueillons chaleureusement ceux qui ont tué des enfants et des femmes innocentes».
Facilitation de l’espionnage
«La normalisation touristique se veut une récompense à ceux qui ont quitté e Maroc pour adhérer à un projet sioniste, occuper une terre arabe et opprimer son peuple musulman. Ils ont, plutôt, commis des massacres contre les musulmans en faisant plus de 100.000 victimes depuis la Nakba jusqu’à présent. Comment se fait-il que nous primions celui qui nous a trahis en rejoignant la bande de sioniste en vue de coloniser une terre, judaïser nos Lieux Saints et réprimer nos frères ?».
La normalisation touristique n’est pas sans risque sur le Maroc à plus d’un titre, dont «l’affaiblissement de l’immunité du peuple, ouvrant la voie à l’infiltration intellectuelle et émotionnelle du projet sioniste», a-t-il dit.
Cette normalisation procède à «la facilitation de l’opération d’espionnage et à la mobilisation au profit de l’entité sioniste contre l’intérêt du pays et de la nation, notamment la question palestinienne, ainsi qu’à la diffusion de la corruption par l’encouragement du tourisme sexuel dont ils sont les maîtres, outre le soutien et le renforcement des lobbies de normalisation dans notre pays en tant que moyen de mise en œuvre de leurs projets destructeurs.
Le même responsable a souligné que les relations touristiques avec l’entité sioniste reposent sur «la facilitation de l’opération de diffusion des plans sionistes, car étant l’ennemi et l’auteur d’un projet expansionniste raciste».
Après avoir souligné que ce type de normalisation menace la stabilité et l’unité sociale du Maroc à travers le soutien de la violence et l’incitation à la ségrégation raciale, le même intervenant a cité, dans ce sens, le scandale de la formation d’officiers marocains au maniement d’armes par des officiers sionistes via l’institut israélien international «Alpha» en 2017 sous la supervision d’un agent de sécurité français et d’un rabbin sioniste.
«Comment se fait-il que les autorités marocaines, et au moment où les mesures préventives relatives à la suspension des déplacements entre les villes sont renforcées, autorisent-elles l’accès des sionistes au Maroc ?»,s’est-il interrogé, ajoutant que «l’Etat, qui a ciblé les rites des musulmans, à l’instar de l’interdiction des prières de l’Aïd et des Tarawih, n’est pas en mesure d’interdire le tourisme pour les sionistes en dépit des risques sanitaires».