Nouvelle aérogare d’Oran : Le ministre insiste sur l’accélération des travaux

Le ministre des Transports, Aissa Bekkai, a  insisté, ce jeudi à Oran, sur l’accélération de la cadence des travaux pour la réception de la nouvelle aérogare de l’aéroport international « Ahmed Ben Bella » fin décembre en cours.

Le ministre a en effet jugé « acceptable » le taux d’avancement de la réalisation de l’aérogare, depuis la visite du Premier ministre, Aïmene  Benabderrahmane en octobre et la sienne en novembre. Aissa Bekkai a souligné que sur l’ensemble des 26 lots du projet en cours de réalisation, 23 seront finalisés à la fin du mois de décembre en cours et les trois autres, dont le taux d’avancement se situe entre 75 et 90 %, en janvier 2022.
Le ministre a instruit les entreprises de réalisation d’intensifier le travail des chantiers en H 24 pour rattraper le retard et livrer des lots restant à la fin du mois en cours. A noter que le nombre des travailleurs au niveau du projet s’élève à 600.
Affirmant que tous les problèmes administratifs en suspens ont été réglés dont celui de réévaluation du coût du projet (une enveloppe de 7.5 milliards de dinars dégagée pour couvrir les travaux supplémentaires  réalisés par Cosider) et le traitement des dossiers des transactions et de financement, le ministre a déclaré que la responsabilité incombe désormais aux organismes de prise en charge de la réalisation et aux bureaux  d’études.
En ce qui concerne les opérations de réévaluation des projets, M. Bekkai a  souligné l’intérêt porté par les responsables du secteur des transports au respect des clauses et des délais des projets, indiquant que son département oeuvre à déterminer la durée du marché que les responsables  doivent s’engager à honorer, afin d’éviter les retards dans la réalisation des projets qui affectent le budget de l’Etat.
Pour sa part, le directeur de l’aéroport d’Oran, Nadjib Benchenine a annoncé, à l’APS, que les essais techniques de la nouvelle aérogare de l’aéroport international «Ahmed Ben Bella» seront lancés au courant du premier trimestre de l’année 2022 et la mise en service est prévue en fin mars ou début avril, au plus tard. La capacité d’accueil de la nouvelle aérogare est estimée à 3.5 millions de passagers par an extensible à 6 millions, a-t-il rappelé, indiquant que  les différents équipements nécessaires au fonctionnement de l’aérogare, comme les escaliers mécaniques, les caméras de surveillance, le tapis roulant ont été réceptionnés.
Le projet, dont les travaux ont atteint 95%, consiste également à réaliser une zone de fret répondant aux normes internationales, sur une superficie de 4.000 mètres carrés.