Nouvelle production du théâtre «Al Noussour» de Tindouf : Le couple partagé  entre l’amour et le doute

Le Théâtre national algérien Mehieddine-Bachtarzi (TNA)a abrité, ce dimanche, une conférence de presse animée par le metteur en scène Dris Benhadid, qui a présenté sa nouvelle réalisation, «Mania». Une œuvre produite par l’association «En-Noussour Lilmasrah», en collaboration avec le TNA de Tindouf, sur un texte de Benhadid.

Mania, personnage principal de la pièce, est soupçonnée par son mari d’avoir une relation extraconjugale. Bien qu’épris de sa femme, l’homme succombe au doute et pense qu’elle le trompe. Dès lors, leur vie bascule, hantée par le spectre de la trahison. Le metteur en scène présente sur scène un coffre qui pourrait contenir la preuve que cherche le mari. Mais ce dernier hésite à franchir le pas de crainte d’affronter l’amère vérité et le risque irréversible de perdre à jamais l’amour de sa vie.
Selon l’auteur et metteur en scène, la pièce aborde le concept oriental de la trahison conjugale. Il explique que dans la société orientale ou musulmane, conservatrice, la trahison finit forcément par un drame. Le moindre mal serait la rupture et dans le pire des cas, le crime. C’est cette problématique que l’auteur soulève en filigrane, tout en mettant l’accent sur les relations conjugales et ce qui pourrait les détériorer. Durant  60 minutes, les protagonistes exposent leurs arguments et tentent de se faire entendre par l’autre dans le but de dénouer la situation et éviter le drame.
Driss Benhadid n’est pas à sa première expérience. Il est membre de l’association «Al Noussour», avec laquelle il a mis en scène plusieurs œuvres et participé à plusieurs festivals et rencontres théâtrales nationales et arabes. Il est  auteur de plusieurs textes adaptés au théâtre, tels que «Bricolage», «Le dernier dîner».  Il a fait ses débuts dans le théâtre comme comédien et a interprété des rôles comme «Hamlet». Il est aussi distribué dans cette nouvelle production dans le rôle du mari de Mania. Cependant, Benhadid se définit plus comme auteur que metteur en scène ou comédien. Car comme il le précise, «c’est l’écriture qui est ma première passion et ma vocation».
L’association «Al Noussour»,fondée en 1979, compte parmi les premières associations théâtrales du Sud algérien. En plus du théâtre, elle a à son actif des réalisations cinématographiques et télévisuelles. En 2021, elle a initié les journées théâtrales «Al Noussour» à Tindouf, qui avaient pour objectif de relancer et promouvoir le théâtre dans le sud du pays.
Hakim Metref