Omicron : L’UA appelle à l’abrogation « urgente » des interdictions de voyager

L’Union africaine (UA) a appelé, ce mardi, à  « l’abrogation urgente des interdictions sélectives » de voyager imposées aux Etats membres, félicitant les systèmes de surveillance génomique efficaces  en Afrique du Sud et au Botswana qui ont conduit à la détection précoce du variant Omicron de coronavirus sur le continent.

Dans une Déclaration publiée ce mardi sur son site, l’UA félicite les  scientifiques et autorités de santé publique des deux Etats membres pour le partage de données opportun et transparent afin d’alerter la communauté internationale conformément au Règlement sanitaire international (2005). L’Union africaine reconnaît que davantage de temps et d’enquêtes sont nécessaires pour évaluer de manière adéquate les caractéristiques  épidémiologiques et cliniques du variant Omicron. « Bien que le nombre de cas de Covid-19 et les taux de positivité des tests aient fortement  augmenté dans la province de Gauteng (Afrique du Sud) depuis le premier signalement d’Omicron, les premières données cliniques des cas infectés  indiquent que cela ne s’est pas traduit par une augmentation significative des cas graves de Covid-19 ou des décès à l’hôpital jusqu’à maintenant ».
« Cela pourrait cependant être dû au profil d’âge plus jeune des cas et/ou au décalage temporel entre l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 et l’augmentation des décès dus au Covid-19 », explique-t-on dans le document. L’Union africaine souligne que « les interventions de PHSM (Public health and social measures) pour atténuer le risque d’infections et contrôler la propagation du Covid-19 devraient être ciblées pour limiter l’impact sur les vies et les moyens de subsistance, et éclairées par la science et les preuves ». Les preuves actuelles, qui soulignent la propagation mondiale et la transmission communautaire du variant Omicron, « ne soutiennent pas les  interdictions de voyager sélectives imposées aux pays d’Afrique australe », selon l’UA.
Ces interdictions de voyager et d’entrer, qui limitent la libre circulation des personnes et des biens, ont, selon l’UA, « un impact négatif immédiat et important dans la région », notamment « sur l’économie qui affectera négativement la vie et les moyens de subsistance des populations  concernées ».
« Un accès équitable aux vaccins est essentiel »
L’Union africaine souligne en outre que le fait de pénaliser les Etats membres pour avoir assuré une diffusion rapide et transparente des données  conformément aux réglementations sanitaires internationales, « décourage le partage d’informations à l’avenir, ce qui constitue potentiellement une menace pour la sécurité sanitaire sur le continent et dans le monde ».
En conséquence, l’Union africaine appelle à « l’abrogation urgente des interdictions sélectives » de voyager imposées aux Etats membres de l’UA.
L’organisation considère qu' »un accès équitable aux vaccins est essentiel pour immuniser les populations, contrôler la transmission du virus et  empêcher l’émergence de nouvelles variantes. Les efforts internationaux devraient donc se concentrer sur l’augmentation de la couverture vaccinale  sur le continent ».