OMS : La moitié de la population mondiale risque de contracter le paludisme 

 La moitié de la population mondiale est exposée au risque de contracter le paludisme, indique ce lundi l’organisation mondiale de la santé (OMS) à l’occasion de la Journée internationale du paludisme célébrée le 25 avril.

En 2020, 241 millions de cas ont été enregistrés dans le monde et 627 000 décès dans 85 pays, selon l’OMS qui note que la moitié de la population mondiale est exposée au risque de contracter la maladie. L’immense majorité des cas et des décès sont survenus en Afrique ou plusieurs milliers d’enfants en meurent chaque année. Ce regain de décès  12 % sur ces 12 derniers mois serait dû selon l’OMS a des perturbations dans l’accès aux soins liées à la pandémie de covid-19.
Pour réduire l’intensité de la maladie, il existe des traitements préventifs fortement conseillés aux femmes enceintes et pour les  nourrissons vivant dans les zones à risque ainsi que pour les voyageurs qui se rendent dans ces régions. Selon l’OMS, « le meilleur traitement disponible, en particulier pour le paludisme à Plasmodium falciparum, est  une combinaison thérapeutique à base d’artémisinine ».
Le premier vaccin  »RTS S » entièrement dédié au paludisme a finalement vu le jour. Après des essais favorables menés depuis 2019 au Malawi, au Ghana et au Kenya, plus d’un million d’enfants ont désormais reçu au moins une dose de ce vaccin. L’OMS a recommandé en octobre 2021 son déploiement massif chez les enfants vivant en Afrique subsaharienne et dans des zones à risque.