ONU: Guterres appelle à «faire taire» les discours de haine

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé à un engagement renouvelé pour faire taire les discours de haine, en prônant le respect de la diversité et de l’inclusion.

Dans son message pour marquer le premier anniversaire de la Journée internationale de lutte contre le discours de haine (18 juin), proclamée par l’ONU en juillet 2021, Guterres a indiqué que les discours de haine «incitent à la violence, sapent la diversité et la cohésion sociale, et menacent les valeurs et principes communs qui nous rassemblent». «Les mots, transformés en armes, peuvent mener à la violence physique. L’escalade du discours haineux à la violence a été un élément déterminant dans les crimes les plus atroces et les plus tragiques de l’époque moderne», a-t-il dit.

Relevant qu’Internet et les médias sociaux ont attisé les discours de haine et leur a permis de se répandre comme une traînée de poudre par-delà les frontières, le chef de l’ONU a noté que pendant la pandémie de la Covid-19, les discours de haine contre les minorités se sont propagés, «ce qui prouve une fois de plus, selon lui, que de nombreuses sociétés sont par trop perméables à la stigmatisation, à la discrimination et aux théories du complot qu’ils entraînent».

Pour contrer cette menace grandissante, Guterres a déclaré avoir lancé, il y a trois ans, la Stratégie et Plan d’action des Nations unies pour la lutte contre les discours de haine, ajoutant que cette initiative a fourni un cadre pour aider les Etats membres à combattre ce fléau tout en respectant la liberté d’expression et d’opinion, en collaboration avec la société civile, les médias, les entreprises technologiques et les plateformes de médias sociaux.

Soulignant que cette première Journée internationale de la lutte contre les discours de haine est un appel à l’action, le SG de l’ONU a plaidé pour un engagement renouvelé à «faire tout ce qui est en notre pouvoir pour prévenir et faire taire les discours de haine en prônant  le respect de la diversité et de  l’inclusion».