Oran : Les plagistes dictent leur loi

Alors que la saison estivale n’a pas encore commencé officiellement, les parkingueurs, plus connus sous le nom de «M’targuia», et les pseudo-plagistes ont déjà pris leurs marques autour des plages et des routes, et ce, à la grande surprise des habitants de la corniche oranaise et des visiteurs.

En effet, indignés par la présence «massive et précoce» de gardiens autoproclamés des plages, des citoyens ont pris attache avec les responsables locaux pour dénoncer le retour en force des solariums et autres gardiens de voitures «M’targuia» dans toutes les localités balnéaires de la daïra d’Aïn El Turck. Des pseudo-gardiens de voitures ont pris déjà possession de nombreux boulevards, routes, rues et venelles, ainsi que du nouveau marché couvert à Aïn El Turck-Ville, Bousfer-Plage et la plage des Andalouses le plus normalement du monde. Ces
«plagistes» illégaux à l’affût du gain facile ont investi la majorité des plages de la corniche oranaise, en dépit de la loi 02-03 du 17 février 2017 fixant les règles générales quant à l’utilisation et l’exploitation touristiques des plages. Il convient de rappeler, dans cet ordre d’idées, qu’en dépit des promesses des pouvoirs publics sur la gratuité des plages et la lutte contre les solariums illicites et des parkingueurs dans l’optique d’améliorer le séjour des vacanciers, il n’en demeure pas moins que des individus sans scrupules continuent à dicter leur loi en toute impunité.
La situation au niveau de cette partie du littoral ouest n’a pas changé d’un iota à quelques jours seulement de l’entame de la période estivale prévue dans la capitale de la corniche oranaise, une destination qui, faut-il le rappeler encore, accueille chaque année des millions d’estivants en provenance de diverses régions du pays.
A. Abbas