Oran : Sensibilisation aux dangers des intoxications

De  nombreuses saisies, de viandes et produits alimentaires impropres à la  consommation, opérées par les contrôleurs de la Direction du commerce et des prix (DCP) ont défrayé la chronique il y a quelques mois.

Les multiples «descentes» effectuées par les brigades de la DCP, appuyées par les éléments des services de sécurité (gendarmes et policiers), s’inscrivent dans le cadre de la stratégie du secteur du commerce. Il s’agit de lutter contre toute menace qui peut nuire à la santé du consommateur et mettre un terme aux agissements de commerçants sans foi, qui n’hésitent pas à recourir à des  méthodes douteuses pour duper le client, notamment durant le Ramadhan  qui a connu un record de saisies.
La Direction du commerce a fait état de la saisie de 15 tonnes de viandes, rouges et blanches, impropres à la consommation, et de produits alimentaires périmés qui étaient sur les étals et dont la valeur dépasse les 900 millions de centimes.
Pendant cette période, les services de la répression de la fraude ont effectué 3.981 interventions qui ont ciblé des magasins de vente en détail et en gros.
Par ailleurs, les contrôleurs ont établi, à l’issue de ces interventions, 748 procès-verbaux sur les 877 infractions relevées relatives notamment à la date de péremption, l’étiquetage, l’affichage des prix, la non-facturation et surtout l’hygiène. La brigade de la Direction du commerce et des prix a proposé aux autorités 150 propositions de fermeture.
Néanmoins, plusieurs citoyens des quartiers ayant connu ces descentes se sont interrogés sur la lenteur des démarches administratives et  l’application des mesures coercitives. En effet, des boucheries où les agents de la DCP ont découvert des quantités importantes de viandes impropres à la consommation, avec l’utilisation de produits qui servent à conserver la couleur rouge de la viande, ont repris leurs activités une fois que la commission a quitté les lieux.
S’agit-il d’un vide juridique ou d’un manque de coordination ?
Pour les responsables du secteur, ce n’est qu’une simple question de temps et la loi sera appliquée à l’encontre des contrevenants.
Par ailleurs, les services de la Direction du commerce et des prix mènent, ces jours-ci, une campagne de sensibilisation aux dangers des intoxications alimentaires qui prennent des proportions alarmantes avec ce début de la vague de chaleur.
A ce propos, les commerçants sont appelés à prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger le consommateur, notamment en respectant la chaîne de froid et en évitant d’exposer aux rayons de soleil des boissons et des aliments périssables.
Des sorties d’inspection sont également prévues afin de contrôler sur le terrain le respect des consignes de la part commerçants. Le client doit également éviter les lieux de vente informelle, afin qu’il soit protégé en cas d’intoxication ou d’arnaque. Le numéro vert 10-20 est mis à la disposition des consommateurs désirant  dénoncer tout dépassement.
A.Abbas