Oran : Un refuge pour les canidés

La problématique de la prise en charge des chiens errants à Oran a longtemps fait débat sans que l’on puisse prendre de réelles mesures à même de la régler.

La multitude de chantiers de construction qui ont proliféré dans les différents quartiers de la ville a encouragé, pendant de longues années, le recours aux chiens pour assurer, à moindre frais, la surveillance de ces chantiers et prévenir les vols, devenus trop récurrents, particulièrement la nuit. Mais dès que ces chantiers sont achevés, ces meutes de chiens, mal nourris et non vaccinés,  sont le plus souvent relâchées dans la nature, ce qui constitue un véritable danger pour les citoyens.
Mais avec l’arrivée de la nouvelle équipe communale de l’APC d’Oran, notamment sa commission de la santé, de l’hygiène et de la protection de l’environnement, le dossier des chiens errants est de nouveau sur la table. Deux réunions se sont déjà tenues au niveau du siège de l’APC au boulevard de la Soummam avec comme objectif créer un refuge pour ces chiens où ils pourront être nourris et soignés en attendant leur placement dans des familles d’accueil.  Autre objectif et non des moindres, celui de mettre fin définitivement à l’euthanasie de ces chiens. Une pratique qu’on estime «radicale et inhumaine». Selon le président de ladite commission, Amine Benamara, les services de la commune sont actuellement à la recherche d’un terrain pour construire un refuge et prendre en charge ces animaux errants. Quant au financement de sa construction, il sera pris en charge par des bienfaiteurs, a-t-il affirmé. Selon lui, la priorité est de garantir la sécurité des habitants car les chiens malades peuvent représenter un véritable danger de santé publique.
Néanmoins, du côté de la société civile, la prise en charge des chiens et des chats abandonnés est, actuellement, assurée par l’association «Au bonheur des 4 pattes». Cette dernière dispose désormais d’un refuge qui s’étale sur 5 hectares, situé dans la localité de Tafraoui, non loin de l’Ecole de l’air.  Ce refuge accueille, actuellement, pas moins de 200 chats et quelque 300 chiens, selon la présidente de l’association, Mme Nassima Tehami. «Ce refuge est le fruit de plusieurs années de sacrifices, de bénévolat et d’aides de bienfaiteurs privés. On y accueille des chiens et des chats abandonnés par leurs propriétaires. Ces animaux sont nourris et soignés sur place avant qu’un grand nombre d’entre eux, notamment les chiens, soient pris par des fermiers de la région pour servir de gardiens de bétail.
Yahia Benaïssa