Palestine : Al-Sissi, Abdallah II et ben Zayed  appellent à des négociations «sérieuses»

Les événements actuels à Al Qods occupée avec les agressions sionistes contre les Palestiniens et la violation du caractère sacré de la mosquée Al Aqsa ont été au centre de discussions dimanche entre le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, le roi Abdallah de Jordanie et le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane.
Les trois dirigeants ont de nouveau appelé l’entité sioniste à «cesser les mesures qui sapent la solution à deux Etats» et à «revenir à des négociations sérieuses pour régler la question palestinienne». La semaine dernière, plus de 150 Palestiniens ont été blessés dans les agressions menées par les forces d’occupation sionistes à Al-Aqsa.  L’escalade sioniste dans les territoires palestiniens a suscité une large condamnation internationale, plusieurs pays et organisations appelant à  l’arrêt de l’effusion de sang.
Dans ce sillage, des manifestations de soutien au peuple palestinien ont été organisées dans plusieurs pays. Aux Etats-Unis, une  manifestation a organisée, samedi dernier,  dans la  ville de Chicago.  La Coalition pour la justice en Palestine avait appelé à marcher pour protester  contre les récentes agressions sionistes contre Al-Aqsa et Al-Qods occupée. Sillonnant  les principales artères de la ville, des centaines de Palestiniens et de partisans de la cause palestinienne ont scandé «Ne touchez pas à Al-Qods», appelant à travers des chants, à la liberté et à la protection de la Mosquée d’Al-Aqsa.
Plusieurs discours ont été prononcés par des organisations américaines en solidarité avec les Palestiniens, dans lesquels les intervenants ont souligné la nécessité de mettre fin à l’occupation sioniste, et d’arrêter les pratiques «brutales» commises par les forces d’occupation contre les fidèles dans les lieux saints islamiques et chrétiens.
Deux manifestations similaires ont été organisées à Houston, au Texas, et à Tampa, en Floride, par une large coalition d’institutions communautaires américaines dans les deux Etats, selon des agences de presse.
En Italie, la communauté palestinienne à Rome avait organisé, deux jours auparavant, un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens qui croupissent dans les geôles de l’occupation sioniste, en présence de membres des communautés palestiniennes et arabes.
Les participants réunis dans La Basilique Sainte-Marie-Majeure (Basilica di Santa Maria Maggiore), au centre de la capitale italienne, ont appelé la communauté internationale à «soutenir les prisonniers palestiniens et à déployer davantage d’efforts pour obtenir leur libération, notamment les  malades, les personnes âgées, les femmes et les mineurs», selon l’agence de presse Wafa.
Ils ont également exprimé «leur refus et condamnation des politiques de  L’occupation sioniste contre le peuple palestinien, notamment dans le  quartier de Sheikh Jarrah dans la ville sainte d’Al-Qods occupée».  Les participants ont, saisi l’occasion pour «réaffirmer le droit du peuple palestinien à l’autodétermination à l’établissement de son Etat palestinien indépendant», appelant le monde à «faire pression sur l’occupant pour l’obliger à respecter les décisions de la légitimité internationale».