Palestine : La présidence palestinienne met en garde contre l’autorisation de la « Marche des drapeaux » à El-Qods

La présidence palestinienne a mis en garde contre l’autorisation de la « Marche des drapeaux » dans la ville sainte d’El-Qods occupée, prévue le 29 mai courant, et condamné la décision du tribunal des autorités de l’occupation sioniste d’autoriser aux colons juifs à effectuer des rituels talmudiques dans les esplanades de la  mosquée Al-Aqsa.

« La décision du tribunal d’occupation d’autoriser aux colons à effectuer des rituels talmudiques dans les esplanades de la mosquée Al-Aqsa constitue une violation grave de la situation historique du + Haram Al-Sharif + et un mépris flagrant du droit international et des résolutions de la légitimité  internationale », a écrit la présidence palestinienne dans un communiqué de  presse publié dimanche soir par l’agence de presse Wafa.
La présidence palestinienne a en outre appelé le peuple palestinien à « faire face à ces agressions », réaffirmant que la ville d’El-Qods « restera la capitale éternelle de l’Etat de Palestine ».
Mercredi dernier, les autorités de l’occupation sioniste ont annoncé que le cortège de la « Marche des drapeaux » passera par la porte de Damas à El-Qods-Est malgré les tensions actuelles dans la ville sainte. Cette annoncé a été vivement critiquée notamment par les Palestiniens qui ont dénonce cette énième provocation qui « menace gravement toute la région ».
Des dizaines de colons envahissent la Mosquée d’Al-Aqsa
Des dizaines de colons se sont introduits dimanche dans la Mosquée Al-Aqsa, selon des sources locales palestiniennes. Les colons ont pris d’assaut Al-Aqsa par la porte des Magrébins, et effectué des tours provocants dans les esplanades de la Mosquée sainte, selon ces sources, citées par l’agence de presse palestinienne, WAFA.
A cet égard, la diplomatie palestinienne a condamné une décision de l’entité sioniste autorisant des extrémistes à exercer leurs rituels religieux dans l’enceinte de ce lieu de culte de la ville sainte d’Al-Qods occupée.
Le ministère palestinien des Affaires étrangères a fait assumer à la force  occupante, « l’entière responsabilité » de ces actes et aussi des activités coloniales visant à judaïser la ville sainte, piétinant l’existence  palestinienne dans la ville d’Al-Qods occupée.
Au cours du mois d’avril dernier, les esplanades d’Al-Aqsa ont été théâtre de violents affrontements lors desquels les forces d’occupation ont arrêté 894 palestiniens, tiré des balles en métal recouvertes de caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes en direction des fidèles, sans tenir compte des lieux saints.
Durant le même mois, 21 cas d’agressions contre la Mosquée sainte ont été enregistrés, selon le ministre des Waqfs, Cheikh Hatem Al-Bakri, et plus de 7.274 colons avaient pris d’assaut la Mosquée, sous la protection des  forces spéciales lourdement armées.