Palestine : Large condamnation de l’agression sioniste à Al-Aqsa

L’agression sioniste menée, vendredi, par la  police d’occupation à la mosquée sainte d’Al-Aqsa, à Al-Qods occupée, qui a  fait plus de 150 blessés et 400 arrêtés parmi les Palestiniens, a suscité  une large condamnation.

Le secrétaire général des Nations unies,  Antonio Guterres, a exprimé, vendredi, sa vive inquiétude et appelé à des «efforts pour désamorcer les tensions», a déclaré son porte-parole,  Stéphane Dujarric.   «Les provocations sur ce lieu saint, sacré, doivent cesser afin de prévenir toute nouvelle escalade», a ajouté le porte-parole dans un  communiqué. Le secrétaire général de l’ONU a réitéré son appel au «maintien et au  respect du statu quo pour les lieux saints de la ville d’El-Qods», a-t-il  lancé.
Pour sa part, Tor Wennesland, coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, «est en contact étroit avec les principaux partenaires et parties dans la région pour calmer la situation», selon Dujarric.
L’Union européenne (UE) a appelé à «la cessation immédiate» de l’escalade sioniste en Cisjordanie occupée, à El Qods-Est et à la mosquée El Aqsa.  Elle souligne, dans un communiqué, que «la violence doit cesser immédiatement. D’autres victimes civiles doivent être évitées en priorité. Le statu quo des lieux saints doit être pleinement respecté». «Tous les dirigeants ont la responsabilité d’agir contre les extrémistes.  L’UE réitère l’appel lancé à toutes les parties pour qu’elles s’engagent dans des efforts de désescalade», conclut le texte.
Les Etats-Unis ont exprimé leur «profonde  préoccupation» par l’escalade de la tension dans la ville sainte d’El-Qods  occupée et dans l’enceinte de la mosquée d’Al-Aqsa, appelant toutes les parties à «la retenue». Dans un communiqué publié dans la soirée de vendredi dernier, le département d’Etat américain a également exhorté toutes les parties à «travailler ensemble pour apaiser la tension», soulignant que Washington «suit de près les développements et restera en contact permanent avec tous les dirigeants de la région pour calmer la situation».
En effet, l’escalade sioniste dans les territoires palestiniens s’est intensifiée durant ce mois sacré du Ramadhan. La présidence palestinienne, via son porte-parole Nabil Abu Rudeineh, a appelé à une «intervention immédiate» pour éviter que les choses ne deviennent «incontrôlables». Considérant «ce développement grave» contre la mosquée sainte, comme «un acte de sacrilège», il a dénoncé «un crime odieux».