Palestine : L’occupant sioniste resserre son étau sur Ghaza

Les deux principaux points de  passage de Beit Hanoun (Nord) et Karam Abu Salem (Sud), dans la bande de  Ghaza, ont été fermés samedi par les forces d’occupation sionistes à la  circulation des Palestiniens «jusqu’à nouvel ordre», selon l’agence  palestinienne de presse, Wafa.

Le  point de  passage de Beit Hanoun est  destiné aux déplacements individuels tandis que celui de Karam Abu Salem est  unique point d’entrée des marchandises et des  matériaux de construction dans le territoire, sous blocus sioniste depuis 2007.Au cours des deux derniers jours, les avions de combat de l’occupant ont mené une série de raids causant des dommages aux maisons et biens des Palestiniens dans l’enclave palestinienne.  D’autre part, un barrage militaire a été installé au sud de Beit-Lehm, rendant difficile la circulation des Palestiniens, selon des sources locales palestiniennes.
Depuis 2007, l’occupant sioniste a imposé un siège à la population de Ghaza, qui compte plus de deux millions de Palestiniens, ce qui a entraîné une détérioration significative des conditions de vie et de la situation économique. L’occupant contrôle aussi l’espace aérien et les eaux territoriales de  l’enclave, ainsi que deux des trois points de passage frontaliers, le troisième étant contrôlé par l’Egypte.
Par ailleurs, la marine de l’occupation  sioniste a recouru, hier, aux mitrailleuses lourdes ciblant des bateaux  de pêche palestiniens au large de Khan Younes et Rafah, au sud de la bande  de Ghaza, selon Wafa. À  Al Qods occupée, la Mosquée d’Al Aqsa, troisième lieu saint de l’Islam, est soumise à une dangereuse escalade les forces d’occupation sionistes ayant attaqué la mosquée plusieurs fois  et agressé les fidèles qui s’y trouvaient, faisant des blessés et  interpellant des Palestiniens, pour permettre à des centaines de colons d’y  accéder.
Les habitants de la ville sainte, en général, subissent les injustices de l’occupant sioniste  notamment dans les quartiers de  Cheikh Djarrah, Silouane, Djabal El Mokaber et Al-Aissaouia, en sus des  attaques contre l’église du Saint-Sépulcre. Les autres palestiniens ne sont pas ménagés de la violence de l’occupant sioniste. Des dizaines de cas d’asphyxie au gaz lacrymogène  ont été enregistrés samedi  dernier lors d’une marche pacifique dans les territoires  de 1948 en protestation contre les agressions à la Mosquée  Al-Aqsa, tandis qu’un Palestinien a été blessé et trois autres arrêtés la  veille en Cisjordanie occupée, selon  des médias palestiniens.
Guterres souligne la nécessité de préserver le statu quo dans les lieux  saints
Au regard de la brutalité persistante de l’occupation contre le peuple  palestinien et ses lieux sacrés,  l’ONU a annoncé, hier,  que  son secrétaire général, Antonio Guterres, a assuré au président  palestinien Mahmoud Abbas la nécessité de préserver et de respecter le  statu quo dans les lieux saints d’Al-Qods.
Cela ressort d’un appel téléphonique entre Guterres et Abbas qui a eu lieu  jeudi dernier, selon un communiqué publié par la porte-parole adjoint du  secrétaire général Eri Kuniko. Et d’ajouter : «Les deux parties ont discuté de la situation dans les  territoires palestiniens occupés, en particulier dans les lieux saints d’Al-Qods, et des efforts pour réduire les tensions, mettre fin aux  provocations et aux mesures unilatérales et rétablir le calme».
Le communiqué ajoute : «Le Secrétaire général a réitéré la nécessité de  maintenir et de respecter le statu quo dans les lieux saints». Le «statu quo» est la situation qui prévalait dans les lieux saints  islamiques et chrétiens pendant la période ottomane, et qui s’est  poursuivie pendant le mandat britannique sur la Palestine et même après  l’occupation sioniste d’Al-Qods en 1967.