Palestine : Quatre jeunes sur cinq souffrent de détresse émotionnelle, selon une ONG 

Quatre jeunes sur cinq dans la bande de Ghaza sont atteints de troubles émotionnels dont la dépression, a alerté, mercredi , l’ONG Save the Children, signalant une détérioration de la santé mentale dans l’enclave palestinienne, à l’occasion des 15 ans du blocus décidé par l’occupant sioniste.

 

Dans une étude intitulée «Pris au piège», Save the Children affirme que «le bien-être mental des enfants, des jeunes et des aidants s’est considérablement détérioré depuis un rapport similaire en 2018, le nombre d’enfants faisant part de troubles émotionnels ayant augmenté de 55% à 80%». L’ONG britannique relève des symptômes de dépression, d’anxiété, de peur et des pensées suicidaires dans ce rapport qui se base sur des enquêtes réalisées auprès de 488 jeunes, âgés de 12 à 17 ans, et de 160 parents, et publié à l’occasion des 15 ans du blocus israélien. Le blocus a été instauré par l’entité sioniste en juin 2007. Save the Children déplore l’absence de perspectives de changement pour les 2,3 millions d’habitants, dont 47% sont des mineurs. Parmi ces derniers, 800.000 n’ont connu que la vie sous blocus. Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh, avait appelé, pour rappel, à la formation d’un front international pour faire pression sur l’entité sioniste afin de mettre fin à son occupation des territoires palestiniens et protéger la solution à deux Etats. Shtayyeh a fait ces remarques lors d’une réunion à Ramallah, en Cisjordanie, avec Maya Tissafi, secrétaire d’Etat adjointe du ministère suisse des Affaires étrangères et responsable du département Moyen-Orient et Afrique du Nord, selon un communiqué du bureau du Premier ministre.  «Former un front international pour faire pression sur l’occupation sioniste est très important», a déclaré Shtayyeh, qui a appelé la Suisse à reconnaître l’Etat de Palestine.  Il a également appelé la Suisse et la communauté internationale à faire  pression sur l’entité sioniste pour qu’elle respecte les accords de paix signés et mette fin à toutes ses mesures et violations dans les territoires palestiniens. «Il est essentiel de fournir une protection internationale au peuple palestinien», a souligné Shtayyeh.  Les deux dirigeants ont également souligné l’importance d’une coordination conjointe pour soutenir  la Palestine dans la création d’emplois et le développement économique.  Shtayyeh a affirmé également dans un entretien avec la chaîne  publique Palestine TV que l’Union européenne devrait voter cette semaine sur la reprise de l’aide européenne aux Palestiniens.  Un total de 23 ministres européens des Affaires étrangères ont envoyé un message à l’UE disant que l’aide à la Palestine devrait être reprise sans  conditions, selon lui. «Nous espérons que le vote aboutira à des résultats satisfaisants  concernant l’aide que nous n’avons pas reçue depuis 2021», a noté Shtayyeh.