Paroles d’historiens : Un exemple de patriotisme

L’histoire des Scouts musulmans algériens (SMA)  est étroitement liée à celle du Mouvement national et à la Révolution du 1erNovembre 1954.  Fondés par Mohamed Bouras en 1935,  des petits  groupes ont vu le jour, entre autres le Falah à Alger, et El Hillal à Tizi-Ouzou.

«L’objectif de la création de la ligue des Scouts musulmans algériens est d’empêcher des jeunes Algériens d’adhérer aux scouts français et d’être endoctrinés, d’où le terme musulmans pour se démarquer des scouts français, européens et chrétiens», rappelle l’historien Mohamed Lahcen Zeghidi.
Le fondateur des SMA,  Mohamed Bouras, né en 1908 était  proche de l’Association des oulémas et de son leader Abdelhamid Benbadis. «L’engagement politique de Mohamed Bouras et ses activités militantes éveillent les soupçons de l’administration coloniale. Le nombre d’adhésions qui allait crescendo a fait peur à la force d’occupation qui a décidé de l’arrêter et de l’accuser de collaboration avec les nazis. Il est condamné à mort et fusillé le 27 mai 1941 à Caroubier, à Alger», rappelle l’enseignant universitaire, Abderrahmane Tounsi.
Le scoutisme est un moyen pour galvaniser et mobiliser les Algériens, notamment les jeunes, durant la période coloniale en leur inculquant l’esprit patriotique et nationaliste. «La période qui a vu la naissance du mouvement des Scouts musulmans algériens entre les années 1930 et 1940 est marquée par une effervescence de la vie politique et la création de partis politiques algériens comme le PPA, le MTLD… De fait, le contexte est favorable du moment que les SMA s’inscrivent dans la sauvegarde de la culture algérienne, l’apprentissage des préceptes de l’Islam et de la langue arabe aux jeunes», relève  Zeghidi.
Le rôle prépondérant des  SMA dans la formation des futurs jeunes, à l’origine du déclenchement de la lutte armée en novembre 1954, n’est plus à démontrer. «Les premiers scouts engagés dans le renforcement du sentiment de patriotisme et la justesse de la cause algérienne l’ont payé de leur vie. Des années après, un groupe de jeunes déclenche la guerre de Libération pour mettre un terme au colonialisme. Un bon nombre de scouts rejoignent les rangs du Front de libération nationale et de l’Armée de libération nationale dès le déclenchement du combat armé. Parmi eux, on peut citer les grands dirigeants de la Révolution, comme Zighoud Youcef,  Mustapha Ben Boulaïd, Larbi  Ben M’Hidi, Didouche Mourad», ajoute lahcen Zeghidi.
Après l’indépendance, les SMA adhèrent à l’Organisation mondiale du mouvement des scouts en 1963. «Des sections locales ont été créées sur tout le territoire national. En dépit du changement du contexte et des objectifs, les SMA sont toujours engagés dans l’édification de la nation et la prise de conscience des jeunes des enjeux actuels et à venir», conclut Tounsi.
Karima Dehiles