Pénurie de produits de large consommation : Le Sénat réagit

Les Algériens commencent l’année en difficulté, en faisant face à une hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité. Une hausse sous le signe de la pénurie et de l’inflation. Une situation qui a fait réagir les sénateurs. Ils annoncent la constitution d’une commission d’enquête parlementaire.

La commission, comme le précise un communiqué rendu public par le bureau du Conseil de la nation, à l’issue d’une réunion du bureau du Sénat élargie aux présidents des groupes parlementaires tenue ce dimanche, «sera chargée d’enquêter et de mener des investigations sur les situations de pénurie et de monopole qui ont touché certaines marchandises et produits de base de large consommation dans les quatre coins du pays».
Ladite commission aura ainsi pour principal objectif «de contrer les manœuvres des spéculateurs et leurs comportements malveillants itératifs, leur égoïsme et leur cupidité personnelle au détriment du producteur et du consommateur», lit-on dans le communiqué.
Il est précisé que cette initiative intervient «conformément à l’article 159 de la Constitution et aux dispositions de la loi organique n°16-12 fixant l’organisation et le fonctionnement de l’Assemblée populaire nationale et du Conseil de la nation ainsi que les relations fonctionnelles entre les chambres du Parlement et le gouvernement et le règlement intérieur du Conseil de la nation».
Rappelant l’engagement du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de lutter efficacement contre la spéculation et le fléau du monopole qui a pris des dimensions alarmantes, les sénateurs se disent déterminés à contrecarrer les intentions et les comportement malveillants des spéculateurs «monopolisateurs», qui ont gravement nui «au pouvoir d’achat et aux moyens de subsistance des citoyens».
Tout en prévenant «les partisans du monopole, les parrains de l’avidité et de la cupidité qui cherchent à créer des troubles en tentant d’imposer des pratiques illicites pour entraîner le pays vers des conséquences désastreuses», le bureau du Conseil de la nation rappelle que «les deux chambres du Parlement avaient adopté récemment la loi portant lutte contre la spéculation illégale, avec ses nouvelles mesures coercitives et dissuasives». En conclusion, le bureau du Conseil de la nation insiste sur le fait que «l’autorité de l’Etat et de la loi sera vigilante pour lutter contre de telles pratiques par la voie de la responsabilisation et la demande de comptes, de manière à consacrer une vision claire de l’égalité sociétale et de la préservation du caractère social de l’Etat». La commission d’enquête entamera ses travaux par l’élaboration d’un programme de travail à court terme, conformément aux procédures légales en vigueur en la matière…
Samira Azzegag