Détour – Place du Maghreb: Une aire de repos à repêcher

LE TOUR D’HORIZON des différentes places publiques de la ville d’Oran continue. La place du Maghreb en est une. Le lieu, dénommé jadis la place de la Bastille, est incontournable en raison de son ancienneté très palpable. Cependant, son lustre d’antan s’étiole avec la prolifération des saletés et des résidus des marchands ambulants.

Elle se situe à la croisée de plusieurs rues, à savoir la rue Mohamed-Khemisti, la rue des Aurès et la rue Ferroukhi-Mustapha. Ce qui fait le charme de la placette populaire, en forme carrée, sont les immeubles au style haussmannien qui l’entourent des quatre coins, sans pour autant être identiques. Un de ces grands immeubles est en cours de restauration, alors que les locaux au bas des édifices abritent deux cafétérias très fréquentées par la population oranaise, notamment les amateurs du café court. D’autres, appartenant à des particuliers, se dressent en bon état et gardent toujours leur attrait séculaire. Visiblement, les propriétaires veillent à l’authenticité de la peinture de leurs biens, mettant en valeur les prestigieux bâtiments. En face, la Grande poste fait office de bureaux d’Algérie Poste. Elle a été construite avec le Grand hôtel, en 1920, soit bien avant l’église du Saint-Esprit, actuellement la bibliothèque Sophia. Aux alentours, on trouve aussi des immeubles, dont l’architecture est scandinave. La place du Maghreb donne aussi sur la principale artère commerçante du marché de la Bastille.
L’effervescence populaire déborde dudit marché pour gagner une bonne partie de la placette, où des tables de marchands à la sauvette ont été anarchiquement installées. Ils vendent des produits laitiers et des confiseries exposés au soleil, faisant fi des conditions d’hygiène. Leurs ordures, jetées à même le sol, viennent défigurer la place censée être une aire de repos. Les arbres, aussi anciens que le bâti de la place, l’entourent et offrent un ombrage si épais. Ils semblent attirer les passagers et les chalands qui s’y abritent contre le soleil brûlant, après un haletant tour, d’étalage en étalage, dans le marché.
De même, les chapiteaux de l’opérateur de la téléphonie mobile Mobilis ont été dressés sur place pour animation DJ. Etant un partenaire privilégié de la 19e édition des Jeux méditerranéens 2022, l’opérateur public sillonne la ville d’Oran. Des équipes très jeunes, munies d’une sono, sont déployées dans plusieurs places publiques, en guise d’échauffements pour accueillir diverses délégations sportives étrangères. Le grand public profitera aussi de la manifestation multidimensionnelle tant attendue.

 A. Mehdid